Couverture du dernier numéro de la revue Hérodote : "Osint Enquête et terrains numériques"
Couverture du dernier numéro de la revue Hérodote : "Osint Enquête et terrains numériques" - Capture d'écran
Couverture du dernier numéro de la revue Hérodote : "Osint Enquête et terrains numériques" - Capture d'écran
Couverture du dernier numéro de la revue Hérodote : "Osint Enquête et terrains numériques" - Capture d'écran
Publicité

Les opérations de déstabilisation via les réseaux sociaux passent toujours par de faux médias ou des faux comptes sur les réseaux sociaux.

C'est ce qu’affirme dans la nouvelle livrée trimestrielle de la revue Hérodote, consacrée à l’OSINT le renseignement obtenu par une source d'information publique comme les réseaux sociaux. Léa Ronzaud et Lotus Ruan, deux analystes de données, dressent une typologie non exhaustive des méthodes d’enquête et d’analyse des campagnes d’influences sur les réseaux sociaux.

Les faux médias

Les faux médias sur Internet prennent souvent la forme d’un faux site internet actif sur les réseaux sociaux, affirment les deux chercheuses. Dans la plupart des cas, poursuivent-elles, ces faux médias se font passer pour des médias indépendants alors qu’ils servent en réalité deux objectifs : la diffusion de fausses informations ou la diffusion de contenus alignés sur l’agenda d’un gouvernement de manière à le légitimer à travers des médias supposés indépendants. Ces faux sites partisans de droite de gauche anticapitalistes ou nationalistes, cherchent à radicaliser leurs lecteurs sur des questions sociales, économiques, confessionnelles ou ethniques déjà brûlantes dans les pays cibles.

Publicité

L'Algérie

Exemples donnés par les deux chercheuses, l’Algérie et un récent réseau de faux comptes promouvant de faux médias. Le réseau était composé de 113 profils 221 pages et 35 groupes sur Facebook et 29 comptes sur Instagram. Un grand nombre de ces pages se présentaient comme des médias indépendants, alors qu’en réalité toutes ces pages soutenaient le président algérien Abdelmadjd Tebboune. Le but principal du réseau était d’attaquer et de décrédibiliser les manifestants du "Hirak", le mouvement de contestation algérien de 2019 à 2021. Certaines pages et faux comptes se sont fait passer pour des participants à ces manifestations en appelant la population algérienne à rester chez elle.

Les clés pour détecter de faux profils

Autre moyen de mener une campagne d’influence : le recours à de faux comptes sur les réseaux sociaux pour orienter l’opinion publique. C’est un phénomène en expansion, affirment les deux chercheuses qui donnent aussi des clés pour les détecter. Ils peuvent avoir des noms d’utilisateurs ayant le même format ce qui montrerait une création à la chaîne. Exemple : un pseudonyme suivi de nombre croissant. Il est aussi possible de voir si ces profils (en général pas ou peu fournis) existent sur d’autres plateformes. Enfin les photos de profils donnent des indices. Les photos créées par intelligence artificielle sont de plus en plus utilisées pour les faux comptes. Mais jusqu’ici, des détails comme les bijoux ou les lunettes ne sont pas maîtrisés par les algorithmes indiquent les autrices de l’article d’Herodote. Les algorithmes n’arrivent pas à décentrer les yeux et les pupilles des visages créés, ce qui est un moyen pour les détecter. Alors face au profil d’un nouvel abonné, ouvrez bien les Yeux !

L'équipe

Baptiste Muckensturm
Baptiste Muckensturm
Mydia Portis-Guérin
Réalisation
Lucas Lazo
Collaboration
Baptiste Muckensturm
Baptiste Muckensturm
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Marguerite Catton
Production déléguée