Lola Quivoron, réalisatrice du film Rodeo ©AFP - Loic Venance
Lola Quivoron, réalisatrice du film Rodeo ©AFP - Loic Venance
Lola Quivoron, réalisatrice du film Rodeo ©AFP - Loic Venance
Publicité
Résumé

Sur les réseaux sociaux, le film Rodeo de Lola Quivoron fait parler de lui. S'il a été plutôt bien accueilli par la critique, nombre d'internautes le jugent inadapté et y voient un fort conflit de classes.

En savoir plus

C'est l'interview de la réalisatrice par Konbini qui a fait scandale : trois minutes de vidéo comptabilisant près d'un million 900 000 vues, plus de 3 000 discussions derrière, la polémique enfle et la politique s'en mêle.

L’héroïne du film intègre une bande de motards ; c’est un univers d’hommes, de violence, de délinquance ennobli par la passion de la vitesse et du danger ; le cross-bitume, le rodeo comme symbole de la bike-life : un défi lancé au monde par la jeunesse des banlieues. Voilà pour l’histoire.

Publicité

Dans la bouche de la réalisatrice, il s’agit d’une pratique poétique, d’une culture urbaine où les liens de solidarité sont extrêmes et qui permet, dans des endroits où bien souvent les foyers sont décomposés, de trouver des familles alternatives et si c’est bruyant et si ça dérange, et bien il faut comprendre que s'emparer du bruit, "c'est une façon de se faire entendre."

Déjà cette phrase lui a valu nombre de commentaires : "on voit bien qu’elle n’a jamais eu de difficultés pour réviser à cause du bruit" ; "ça dérange les personnes âgées qui ont besoin de calme et les enfants à la sieste" ; "nos quartiers c’est aussi des travailleurs aux horaires compliqués, des personnes handicapées";  "On a déjà des murs en carton dans les HLM alors la moto !" C'est une première mouture du débat qui oppose le réel à la fiction esthétisante.

Mais comme Konbini fait bien les choses et que la vidéo est remontée et remixée avec phrases chocs en titre et en exergue, un second front s’est ouvert : "c’est une pratique qui est criminalisée à mort, dit la réalisatrice, les accidents sont souvent causés par les flics qui prennent en chasse et qui poussent du coup les riders vers la mort concrètement."

Mort contre mort, voilà que les réseaux exhument la triste liste des enfants fauchés par les motos lancées à pleine vitesse dans les allées des cités. Mais la controverse ne s’arrête pas là, voilà que Cnews se fend d’un sondage 96% des Français se disent favorables à une intensification de la lutte contre les rodeos sauvages et l’extrême-droite d'enchaîner sur la France dégénérée qui promeut la racaille avec l’argent public.

Si vous préférez en rire, je vous conseille de regarder, comme plus de 160 000 personnes la parodie de l’interview par Vincent Flibustier qui derrière une double paire de lunettes et un accent belge farcesque met en avant dans une courte vidéo le rouler bourrer, sans accent à l’américaine comme symbole de la drunk life c’est culturel et poétique, le seul problème c’est la police.

Références

L'équipe

Lucas Lazo
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Elisa Verbeke
Collaboration