Second tour des législatives ©AFP - Frederick FLORIN
Second tour des législatives ©AFP - Frederick FLORIN
Second tour des législatives ©AFP - Frederick FLORIN
Publicité
Résumé

Personnalités politiques ou militants, qu'ils soient Nupes ou Ensemble, se livrent à une bataille sans merci sur les réseaux sociaux et principalement sur Twitter. Vidéos privées qui fuitent, scandales, "bad buzz" : tout est bon pour écraser le candidat du camp opposé.

En savoir plus

La campagne en vidéo a d’abord commencé façon vidéogag. Les réseaux regorgent depuis quelques semaines d’extraits d’émissions politiques souvent régionales, montrant des candidats Rassemblement national en perdition face aux questions des journalistes. On entend des "j’ai pas préparé je suis désolé", des "je suis pas raciste, regardez ma femme est noire" ou encore "je ne sais pas demandez à mon voisin."

Cette semaine la campagne est passée à la vidéo d’anticipation. Mercredi, les jeunes avec Macron ont publié un clip de campagne imaginant la victoire de la Nupes après les élections législatives. Le film montre une jeune femme marchant dans la rue recevant des notifications de sites d'informations à propos de projets de loi de la majorité de gauche. Elle échange également des messages avec ses proches. "J'ai réservé un week-end de trois jours à Marrakech pour octobre", lui écrit un membre de son entourage. Mais peu après, elle apprend que la coalition menée par la Nupes a interdit les vols commerciaux à faible coût hors d’Europe, ce qui annule ses vacances. "Mais c'est pas possible !" lance-t-elle, alors que les notifications s'accumulent, rapportant, entre autres, que les prix de l'énergie augmentent de 20% en raison de "l'arrêt des centrales nucléaires", ou que "les pauvres n'ont jamais été aussi pauvres" en dépit du "rétablissement de l'ISF" .

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les messages de moquerie et de haine ont été tellement nombreux notamment à propos du week-end de 3 jours à Marrakech, que la vidéo fut supprimée.

Dans les heures qui suivirent les jeunes insoumis de Rennes ont monté leur propre version où les notifications envoyées à une autre jeune femme annoncent au contraire la retraite à 60 ans, l’abrogation de Parcoursup ou le prix de l’essence bloqué à 1 euro 40.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Depuis, l’ambiance sur les réseaux se situe entre le cinéma du réel et la vidéo de surveillance. Révélés par des twittos pro-macrons, on peut voir sur Twitter des vidéos ambiance caméra cachée montrant des candidats Nupes, plutôt LFI dans des positions défavorables. Comme celle d’un candidat toujours en lice à Avignon LFI donc qui s’en prend violemment à une femme en lui disant qu'elle méritait des baffes.

Et une autre, cette fois révélée par un militant d’extrême droite, une vidéo en provenance d’Aveyron et tournée il y a quelques années qui montre un jeune adolescent aujourd’hui candidat LFI, en train de renifler ce qui pourrait être de la cocaïne. Le candidat a depuis précisé qu'il avait 16 ans à l’époque et qu’il s’agissait de doliprane.