Tiktok d'un habitant en Russie filmant un convoi d'équipement russe.
Tiktok d'un habitant en Russie filmant un convoi d'équipement russe.
Tiktok d'un habitant en Russie filmant un convoi d'équipement russe. - Pieter De Smet
Tiktok d'un habitant en Russie filmant un convoi d'équipement russe. - Pieter De Smet
Tiktok d'un habitant en Russie filmant un convoi d'équipement russe. - Pieter De Smet
Publicité
Résumé

Alors que Moscou continue de tout faire pour entretenir un épais brouillard à la frontière ukrainienne, les habitants Russes documentent l’escalade du conflit... sur TikTok. Des analystes se sont servis de ces vidéos pour tenter de cerner les intentions du Kremlin.

En savoir plus

Sur les réseaux, les manœuvres russes vers l'Ukraine sont documentées. Particulièrement sur TikTok. Il y a d’abord les vidéos publiées par des Russes anonymes qui d’habitude postent la banalité de leur quotidien, mais qui en ce moment montrent des trains militaires filant dans la steppe enneigée et sur lesquels sont attachés des camions, des tanks, ou des systèmes de lance-roquettes.

Dans les commentaires de ces vidéos postées par dizaine depuis des zones rurales russe, on peut lire des encouragements anonymes lancés aux militaires peu visibles et des messages de journalistes qui souhaitent rentrer en contact avec les auteurs des images.

Publicité

Grâce à TikTok, une analyse des manoeuvres russes

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L’analyse précise de ces vidéos est un travail d’expert, les trains de matériels russes sont recouverts de bâches. Mais les limiers des réseaux ont réussis à identifier des armes rien qu’à leurs contours apparents. Sur Twitter et TikTok, deux analystes se distinguent. Robert Lee spécialiste de la politique de défense russe au King’s College de Londres et le journaliste d’investigation russe Ruslan Leviev qui a fondé le Conflict Intelligence Team, une ONG très orientée sur la question du mercenariat.

Robert Lee a récemment confirmé l’arrivée de parachutistes russes près de la frontière ukrainienne grâce à l’identification précise de 31 véhicules de combats aéroportés et de 8 véhicules blindés de transport de troupes aéroportés.

De son côté le CIT vient d’analyser les commentaires de nombreuses vidéos de trains militaires transportant du matériel pour découvrir dans les commentaires des vidéos les échanges entre femmes de militaires russes. Des discussions à mots couverts, teintés d’inquiétude révélant d’une part que des soldats se déplacent (et pas seulement du matériel). Parmi eux, figurent aussi ce qu'ils appellent des professionnels, autrement dit des mercenaires.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Grace aux vidéos le CIT et Robert Lee ont aussi remarqué que du matériel russe arrive bien en Biélorussie où des exercices militaires conjoints entre les deux pays doivent avoir lieu début février, sauf qu’une partie de ces trains militaires s’est arrêté à mi-chemin, près de Gomel en Biélorussie à 40 kilomètres de la frontière avec l’Ukraine, à moins de 100 kilomètres de Kiev la capitale ukrainienne.

À lire aussi : En Ukraine, quelle perception des manœuvres russes ?