France Culture
France Culture
Publicité

Deux volets sont essentiels pour l’avenir à court terme de l’Afghanistan, après le retrait des forces combattantes de la coalition (restent seulement quelque 12 000 hommes, dont 5 000 Américains).

  1. Le volet politique . En interne : nouvelle présidence Ghani (mais le nouveau gouvernement d’union nationale n’a pas été formé, après trois mois de discussion), pourparlers avec les talibans (mais lesquels ?), aide internationale (plus de 85 milliards d’euros depuis 2011), renforcement de la police, réforme de la justice, lutte contre une corruption omniprésente, développement économique, etc. En externe : pouvoir perturbateur du Pakistan, appui des Russes et des Chinois, rôle de l’Iran et de l’Arabie Séoudite.
  1. Le volet militaire . Armée et police ont enregistré en 2014 au moins 5 400 morts, et leur formation ne fait que commencer. L’État n’a pas autorité sur l’entièreté de son territoire. Les seigneurs de la guerre peuvent reprendre du service. Le terrorisme reste vivace.

Les volets économique et *social * sont évidemment fortement complémentaires.

Publicité
isaf-afghanistan-2006
isaf-afghanistan-2006