A Buenos Aires, signature du nouveau traité "US-Mexico-Canada Agreement" (USMCA), par Enrique Pena Nieto, Donald Trump et Justin Trudeau  ©AFP - MARTIN BERNETTI
A Buenos Aires, signature du nouveau traité "US-Mexico-Canada Agreement" (USMCA), par Enrique Pena Nieto, Donald Trump et Justin Trudeau ©AFP - MARTIN BERNETTI
A Buenos Aires, signature du nouveau traité "US-Mexico-Canada Agreement" (USMCA), par Enrique Pena Nieto, Donald Trump et Justin Trudeau ©AFP - MARTIN BERNETTI
Publicité
Résumé

Le nouveau traité commercial nord-américain sera officiellement signé entre les États-Unis, le Mexique et le Canada aujourd'hui au G20 de Buenos Aires. Censé rééquilibrer le commerce et protéger l’emploi américain, l'USMCA pourrait aussi servir de levier dans d'autres négociations.

avec :

Jean-François Boittin (chercheur associé à l’IFRI et au CEPII.).

En savoir plus

Avec le nouvel accord commercial nord-américain, les Etats-Unis, le Mexique et le Canada mettent fin à plus d'un an de négociations tendues et incertaines. Donald Trump entendait remplacer par un accord "gagnant-gagnant-gagnant" le traité de libre-échange Alena de 1994 jugé "désastreux". Il obtient donc d'abord une victoire symbolique.

Sur le plan technique, la référence au "libre-échange" a été supprimé puisque l'essentiel pour Washington était d'obtenir un maximum de dispositions censées prévenir les effets indésirables du maintien de l'ouverture de ses marchés. Pendant sa campagne et les négociations, Donald Trump n'a cessé de présenter l'emploi américain comme une victime de la déloyauté de ses voisins. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le négociateur Peter Navarro a notamment obtenu un ensemble de contraintes concernant la production des voitures : 75 % de composants fabriqués aux Etats-Unis, et un salaire horaire de fabrication supérieur à 16 $ de l'heure pour 30 % du véhicule fabriqué. Ces dispositions sont conçues comme des assurances pour les emplois du secteur automobile aux Etats-Unis (puisque le salaire horaire des ouvriers de l'automobile au Mexique est inférieur à 16 $). 

Le Canada qui avait résisté à plusieurs ultimatums a aussi marqué ses positions. S'il a accepté une ouverture légèrement supérieure de son marché laitier (de 3,25 % à 3,59 %), il conserve aussi son système de "gestion de l'offre" qui permet de réguler la production, et a prévu de compenser les producteurs canadiens lésés. Justin Trudeau a aussi imposé l'inscription d'une exception culturelle canadienne, des règles environnementales plus dures. Plus encore, l'AEUMC conserve le "Chapitre 19" qui institue un "Mécanisme de règlement des différents" via une Cour d'artbitrage, qui était une des cibles principales visées par Donald Trump.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le président américain a salué un accord "merveilleux", les dirigeants canadien et mexicain se sont également montrés satisfaits. De manière formelle, Donald Trump a donné des garanties aux salariés de l'industrie américaine ; mais l'accord seul ne pourra pas résorber le déséquilibre de certains marchés américains : presque la moitié de 17 millions d'automobiles achetées aux Etats-Unis en 2017 étaient importées, le pays continue d'ailleurs de conserver des droits de douane particulièrement bas (2,5 %) face à ses concurrents. 

Aux Etats-Unis, la signature de cet accord a pourtant été éclipsée par l'annonce cette semaine d'un plan social massif chez General Motors (environ 13 000 emplois sur 7 usines, dont 4 au Canada et une aux Etats-Unis). D. Trump s'était dit "très déçu".  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A travers ce nouvel accord, le président Trump adresse donc une nouvelle fois un message rassurant à son électorat. Une clause de l'AEUMC (article 32.10) empêche aussi la conclusion d'un accord bilatéral entre le Canada ou le Mexique et la Chine, même s'il ne la nomme pas. Il pourrait servir de levier, ou de modèle dans les négociations actuelles de Washington avec la Chine ou l'Inde.

Les 5 principaux accords commerciaux dans le monde, figures de proue de la mondialisation des échanges de marchandise
Les 5 principaux accords commerciaux dans le monde, figures de proue de la mondialisation des échanges de marchandise
© AFP - VINCENT LEFAI, SOPHIE RAMIS, KUN TIAN, JONATHAN STOREY

.