Angela Merkel, hier
Angela Merkel, hier
Angela Merkel, hier ©AFP - KAY NIETFELD / DPA
Angela Merkel, hier ©AFP - KAY NIETFELD / DPA
Angela Merkel, hier ©AFP - KAY NIETFELD / DPA
Publicité
Résumé

Au lendemain d'une nouvelle défaite électorale, Angela Merkel annonce une double retraite politique : la présidence de la CDU d’ici un mois et le poste de Chancelière qu’elle ne briguera pas en 2021 ni avant. Est-ce déjà la dernière manœuvre ?

avec :

Hélène Miard-Delacroix (Professeure d'histoire et de civilisation de l'Allemagne contemporaine à Sorbonne Université).

En savoir plus

Nouvelle défaite électorale en Hesse et nouveau séisme à Berlin : deux semaines après l'élection en Bavière dans le fief de son allié la CSU, Angela Merkel a annoncé son retrait politique progressif. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'atmosphère serait aisément au Kanzlerindämmerung - "crépuscule de la Chancelière", suivant l'expression d'un journaliste à la verve wagnérienne il y a quelques années déjà. Les correspondants ont remarqué une dirigeante « visiblement triste », alors que ses adversaires de l’AfD triomphent : « nous y sommes pour beaucoup » déclarait un de ses dirigeants Alexander Gauland.

Publicité

Comme un éclair qui chasse l’orage, la décision d’Angela Merkel est très certainement stratégique. Elle a fait un discours très digne, très détaché, avec beaucoup de grandeur. Elle déconnecte sa personne de l’avenir de son parti.     Hélène Miard-Delacroix, professeur des universités à la Sorbonne

Mais il faut se méfier d’un éloge funèbre hâtif. Angela Merkel et la Grande Coalition (CDU-SPD) restent au pouvoir, c’est bien là tout l’enjeu : céder du pouvoir personnel pour regagner en « crédibilité » commune selon les termes de la chancelière hier. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La décision d'Angela Merkel - qu'elle a affirmé avoir prise avant l'été - est tactique. Le calendrier politique est serré : sa succession à la présidence lors du Congrès de la CDU en décembre ; le maintien de la CDU dans une coalition fonctionnelle avec le SPD ; et la stabilité politique du pays dans les élections européennes en mai et l'élection régionale en Saxe en septembre 2019, avant de nouvelles élections fédérales en 2021… 

Le pari est clair mais risqué. Angela Merkel estime qu’elle est trop clivante et se sacrifie pour donner une chance à la CDU ; mais en s’effaçant de l’horizon politique, elle fait ressurgir le spectre de l’ingouvernabilité puisque l'AfD et les Verts sont désormais dans une dynamique ascendante. 

Dans l'immédiat reste la réalité de la paralysie politique. "Plutôt que d'un risque d'instabilité en Allemagne et en Europe, il faudrait plutôt parler de la poursuite du vide politique actuel", notait un analyste allemand auprès de l'AFP : déjà 6 mois de négociations et 7 mois de coalition, sans résultat autre que cette coalition de compromis traditionnelle mais faible. En se plaçant en retrait, Angela Merkel peut-elle réussir à la transformer en une coalition de combat ?  

Cette courte vidéo résume, en langue allemande, le parcours politique de cette fille de pasteur, élevée dans un séminaire de l'Allemagne communiste (RDA), mais qui s'est retrouvée pendant 13 ans à la tête de la 4è puissance capitaliste de la planète :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

 élections régionales dans le Land de Hesse (celui de la maxi agglomération urbaine, unique en Europe, qui réunit Francfort-sur-le-Main, Wiesbaden et Darmstadt)
élections régionales dans le Land de Hesse (celui de la maxi agglomération urbaine, unique en Europe, qui réunit Francfort-sur-le-Main, Wiesbaden et Darmstadt)
© AFP - PAUL DEFOSSEUX / AFP
Références

L'équipe

Xavier Martinet
Xavier Martinet
Xavier Martinet
Production