Christine Lagarde et le Pince héritier Mohammed bin Salman, la semaine dernière, lors du forum "Future Investment Initiative" (FII) qui s'est tenu à Riyadh
Christine Lagarde et le Pince héritier Mohammed bin Salman, la semaine dernière, lors du forum "Future Investment Initiative" (FII) qui s'est tenu à Riyadh
Christine Lagarde et le Pince héritier Mohammed bin Salman, la semaine dernière, lors du forum "Future Investment Initiative" (FII) qui s'est tenu à Riyadh ©AFP - FAYEZ NURELDINE
Christine Lagarde et le Pince héritier Mohammed bin Salman, la semaine dernière, lors du forum "Future Investment Initiative" (FII) qui s'est tenu à Riyadh ©AFP - FAYEZ NURELDINE
Christine Lagarde et le Pince héritier Mohammed bin Salman, la semaine dernière, lors du forum "Future Investment Initiative" (FII) qui s'est tenu à Riyadh ©AFP - FAYEZ NURELDINE
Publicité
Résumé

Une Arabie saoudite "modérée, tolérante et ouverte" : c'est ce qu'a promis le prince héritier Mohamed Ben Salmane nouvel homme fort du royaume. Ce serait une évolution majeure depuis 1979.

avec :

Fatiha Dazi-Héni (Chercheuse en sciences politiques à l’Institut de recherche stratégique de l’école militaire (IRSEM), spécialistes des questions de sécurité dans le Golfe).

En savoir plus

Cette annonce faite la semaine dernière devant les investisseurs occidentaux lors du forum économique nommé « Davos dans le Désert » confirme l’impulsion donnée par ce jeune prince héritier fin 2016. Il y exposait déjà son programme « Vision 2030 », vaste réforme économique et politico-sociale, de la réduction de la dépendance au pétrole à la reprise en main du pouvoir religieux.

Il s’agit non seulement d’un plan ambitieux, pour le plus peuplé (31 millions d’habitants) des pays du Golfe, avec 70 % de la population âgée de moins de 30 ans et un chômage à 12,8 %. Mais Mohamed Ben Salmane devra aussi faire face à des résistances internes : police et dignitaires religieux, monopoles marchands…

Publicité

Sa popularité et sa jeunesse seules ne suffiront pas – ceci alors que l’Arabie saoudite réévalue aussi son positionnement diplomatique dans un enchevêtrement complexe où se joue le destin de millions de gens : Qatar, Turquie, Iran, Irak, Syrie, Egypte, Israël, Etats-Unis. Le pari de Ben Salmane est-il tenable ?

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.