France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

**Le paysage géopolitique dans cette partie de l’Asie du Sud-Ouest s’est en partie modifié, notamment sous l’effet du retrait presque total des États-Unis d’Afghanistan et de l’expansion des intérêts chinois en Asie du Sud. **
Dès lors, dans les relations bilatérales entre l’Inde et le Pakistan, comment caractériser la situation au Cachemire ? Quelles sont les logiques des deux pays, qui ont connu une évolution somme toute sinusoïde depuis tant d’années ? Le gouvernement Modi, en place à New Delhi depuis seize mois, a-t-il imprimé un nouveau cours ou des inflexions notables dans sa politique régionale ? Le terrorisme reste-t-il un élément clé de la situation ?

Hundreds of Sikhs from various parts of India are travelling to Pakistan to visit the shrine of Nankana Sahib, the birthplace of
Hundreds of Sikhs from various parts of India are travelling to Pakistan to visit the shrine of Nankana Sahib, the birthplace of
© Reuters

_A Pékin , lors de la récente visite premier ministre indien, le quotidien Global Times, souligna d’un ton un peu trop condescendant que « la nouvelle approche pragmatique de l’Inde » envers son concurrent chinois résultait d’une prise de conscience par New-Delhi de la « sensibilité de Pékin » et de « la nécessité de s’associer avec la Chine dont la puissance se renforçait ».

Publicité

L’examen de la presse chinoise et des déclarations du gouvernement indien suggère aussi que l’arrière plan des méfiances reste puissant, sur au moins trois sujets : les questions de frontières en premier, la rivalité stratégique dans l’océan indien en second et, enfin,les divergences à propos du Pakistan en qui New-Delhi voit un sérieux risque de déstabilisation .

A Moscou , on s’amuse beaucoup des tensions de tous ordres qui animent la frontière indo-pakistanaises. C’est ainsi que dans la province indienne du Pendjab, limitrophe du Pakistan à l'ouest, les policiers ont placé en garde à vue un oiseau soupçonné d'espionnage. Un message, dont une partie a été écrite en langue ourdou et comportait des chiffres (sans doute un numéro de téléphone), était attaché à l'oiseau.

En Russie, on insiste aussi sur le fait que l’amélioration des liens russo-pakistanais ne constituent en aucun cas une agression ourdie à l’égard du gouvernement indien. Denis Alipov, un diplomate russe basé à New Delhi, s'est confié au quotidien anglophone Vous pouvez lire son interview ici en langue originale anglaise

En Grande-Bretagne , ce sont les violences des forces armées indiennes au Kashmir qui trouvent de la résonance. La province, devenue indépendante en 1947, a été scindée en deux, éventrée entre l’Inde d’une part et le Pakistan de l’autre. La violence et les morts qui en résultent ne cessent d’augmenter ces dernières années, dans un silence soigneusement entretenu. (ARTICLE DU GUARDIAN, EN LANGUE ORIGINALE ANGLAISE)

Et ailleurs en Europe , le site de la chaîne publique franco-allemande Arte diffuse un très utile épisode de notre partenaire « Le dessous des cartes » qui s’évertue à expliquer avec clarté la problématique du Cachemire. Proche de l’Afghanistan et de l’Asie Centrale, il constitue une pomme de discorde entre les deux frères ennemis d’Asie du Sud, l’Inde et le Pakistan… auxquels s’ajoute de plus en plus l’interventionnisme du grand voisin chinois.