Une femme vote lors des élections présidentielles à Ashgabat le 12 mars 2022. ©AFP - Igor SASIN
Une femme vote lors des élections présidentielles à Ashgabat le 12 mars 2022. ©AFP - Igor SASIN
Une femme vote lors des élections présidentielles à Ashgabat le 12 mars 2022. ©AFP - Igor SASIN
Publicité
Résumé

Avec Michaël Levystone, chercheur au Centre Russie/Nouveaux États Indépendants de l’Ifri. Ses travaux portent principalement sur les politiques intérieure et étrangère des Républiques d’Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan).

En savoir plus

En Asie Centrale, à l'est de la mer Caspienne, à l'ouest de l'Afghanistan, un changement de régime est passé inaperçu en mars dernier, masqué par l'invasion russe en Ukraine. Et pour cause, il a eu lieu dans le pays le plus fermé, le plus autoritaire de la région et qui se revendique le plus neutre : le Turkménistan. Le changement à la tête de ce pays est notoire, puisque c'est un fils, Serdar Berdymoukhamedov, qui a remplacé son père qui avait pris le pouvoir en 2006. Les épaules du fils seront-elles assez solides pour résoudre la crise économique qui touche le pays ? Et ce jeu de chaises musicales familiales à la tête du pays correspond t-il à la crainte de voir se propager au Turkménistan la révolte kazakh de cet hiver où les forces spéciales russes avaient fini par intervenir ?

Pour en parler, Michaël Levystone, chercheur au Centre Russie/Nouveaux États indépendants de l'Ifri : "Le Turkménistan est un pays atypique : sur le plan géographique, sa superficie est comparable à celle de la France métropolitaine, une population officielle de six millions d'habitants, soit la démographie du Danemark, un pays assis sur les quatrièmes réserves mondiales prouvées de gaz naturel, aux trois quarts désertiques, pays frontalier de l'Iran, de l'Afghanistan. Sur le plan politique, c'est la dictature la plus féroce de l'Asie Centrale et plus largement de cet espace anciennement soviétique. C'est un pas qui a également une lecture extrêmement stricte et rigoureuse de sa doctrine de politique étrangère dite de neutralité perpétuelle qui en fait un pays fantôme qui fuit le multilatéralisme."

Publicité
Références

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Lucas Lazo
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation