En Grèce et en Serbie, des milliers d'exilés syriens et irakiens vivent sans chauffage et malnutris, sous des tentes, dans des camps du HCR et de Fortex, par -10° et 20 cm de neig glacée. Ici à Thessalonique, cette semaine ©AFP - Nicolas Economou / NurPhoto
En Grèce et en Serbie, des milliers d'exilés syriens et irakiens vivent sans chauffage et malnutris, sous des tentes, dans des camps du HCR et de Fortex, par -10° et 20 cm de neig glacée. Ici à Thessalonique, cette semaine ©AFP - Nicolas Economou / NurPhoto
En Grèce et en Serbie, des milliers d'exilés syriens et irakiens vivent sans chauffage et malnutris, sous des tentes, dans des camps du HCR et de Fortex, par -10° et 20 cm de neig glacée. Ici à Thessalonique, cette semaine ©AFP - Nicolas Economou / NurPhoto
Publicité
Résumé

Le conflit israélo-palestinien est resté dans une impasse à la fois remarquable et renouvelée : il est clair que le gouvernement israélien actuel, qui poursuit sa politique systématique de colonisation, ne veut pas d’État palestinien, lequel finira bien par être un jour créé.

avec :

Pierre Razoux (Directeur académique de l'Institut Fondation méditerranéenne d'études stratégiques (FMES)).

En savoir plus

Ce blocage est d’autant plus tragique que des espoirs avaient été nourris dans le passé. Deux périodes clés : les accords d’Oslo en 1993 (qui prévoyaient un statut définitif pour la Palestine arabe en 1999 au plus tard) et la Feuille de route de 2003 (ONU, États-Unis, Russie, Union européenne), qui annonçait la création d’un État palestinien en 2005. On remarquera au passage que la CEE (avec la déclaration de Venise en 1980), puis l’Union européenne (par quantité d’aides à l’Autorité palestinienne) ont toujours et fermement soutenu la création de l’État palestinien.

Dans quel contexte politique et diplomatique s’inscrit cette seconde conférence de Paris (la première s’était tenue en juin dernier) ? Pourquoi et comment a-t-elle été organisée ? Quelles en sont les conditions ? Quelle méthode adoptée ? Peut-on, tout simplement, en espérer quelque chose ? En quoi l’élection de Donald Trump change-t-elle la perspective et élargit-elle le domaine non seulement de l’incertitude mais de l’inconnu ?

Publicité

Depuis la chute de Saddam Hussein en 2003, l’Irak a été traversée par de nombreuses crises qui ont menacé son existence. De l’intervention américaine à l’Etat Islamique, en passant par les guerres confessionnelles, ce pays a dû faire face depuis plus de 13 ans à de nombreux défis. Comment expliquer cette succession d’événements cruciaux pour l’avenir de l’Irak et la stabilité du Moyen-Orient ? Georges Malbrunot, Karim Pagzad, et Wassim Nasr apportent ici des éléments de réponse :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.