Des manifestants devant un véhicule des Nations Unies à Ougadougou le 02 octobre.
Des manifestants devant un véhicule des Nations Unies à Ougadougou le 02 octobre. ©AFP - AFP
Des manifestants devant un véhicule des Nations Unies à Ougadougou le 02 octobre. ©AFP - AFP
Des manifestants devant un véhicule des Nations Unies à Ougadougou le 02 octobre. ©AFP - AFP
Publicité

Le Burkina Faso est dirigé depuis hier par un nouvel homme fort, Ibrahim Traoré, ancien proche de Paul-Henri Damiba qu'il a renversé. L'attaque d'un convoi militaire et humanitaire par un groupe djihadiste, le 26 septembre dans le nord du pays, avait porté un coup à la fragile unité de l'armée.

Avec
  • Tanguy Quidelleur Chercheur en sciences politiques

Le Burkina Faso a connu ce week-end son deuxième coup d’Etat en huit mois. Celui qui avait pris le pouvoir en janvier, Paul-Henri Damiba, chef de la junte qui avait lui-même renversé Roch Marc Christian Kaboré, a consenti hier à démissionner…
C’est l’un de ses anciens fidèles, Ibrahim Traoré, 34 ans, qui reprend donc la main après deux jours de tirs à Ouagadougou, de centre-ville bloqué, de résistance de la part des partisans du chef déchu…

La Constitution est pour l’instant suspendue, l’Assemblée législative nationale de transition ainsi que le gouvernement intérimaire sont dissous. Ibrahim Traoré promet qu’un nouveau président sera nommé prochainement, qui sera "civil ou militaire".

Publicité

À l’origine de cette nouvelle crise, des divisions profondes au sein de l’armée, notamment sur la question de la lutte contre les groupes djihadistes dans le nord du pays.

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Vivien Demeyère
Réalisation
Mydia Portis-Guérin
Réalisation
Lucas Lazo
Collaboration