France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus

L’assouplissement des relations entre Washington et La Havane avait été voulu depuis longtemps par le président Obama, le train d’embargos frappant l’île depuis 1962 n’ayant plus guère de sens.

D’autant plus, effet contre-productif bien connu, qu’il sanctionne la population et non les dirigeants.

Publicité

Sur place, il avait même été fermement condamné en 1998 par Jean-Paul II ?

L’annonce du rétablissement des relations diplomatiques, voire l’échange de prisonniers, n’est donc pas un événement, mais la conclusion d’une évolution. Dès lors, comment analyser ce rapprochement et que laisse-t-il prévoir pour les années à venir ? Quelles étapes possibles ?

Cela n’empêche pas que le régime reste profondément fermé et archaïque dans son mode de fonctionnement ou dans ses peurs : parti unique, prisonniers de conscience, procès de type stalinien, chasse aux opposants, information propagandiste laborieuse.

kennedy cuba
kennedy cuba