1er octobre 2019. Heinz-Christian Strache, ancien président du FPÖ, annonce son retrait de la vie politique autrichienne.
1er octobre 2019. Heinz-Christian Strache, ancien président du FPÖ, annonce son retrait de la vie politique autrichienne. ©AFP - JOE KLAMAR
1er octobre 2019. Heinz-Christian Strache, ancien président du FPÖ, annonce son retrait de la vie politique autrichienne. ©AFP - JOE KLAMAR
1er octobre 2019. Heinz-Christian Strache, ancien président du FPÖ, annonce son retrait de la vie politique autrichienne. ©AFP - JOE KLAMAR
Publicité

Elle a perdu 10 points en Autriche aux dernières élections, divisé son score par deux au Danemark, été chassée du pouvoir en Italie. Comment expliquer ce reflux? Notamment parce que la droite conservatrice a récupéré plusieurs de ses idées et éléments de programme, d'après le géographe Sylvain Kahn.

Avec
  • Sylvain Kahn enseignant-chercheur au Centre d'histoire de Sciences Po

Dans plusieurs pays où elle a fait l’expérience du pouvoir, l’extrême-droite a marqué un net reflux ces derniers mois. Dernier exemple en date : l’Autriche. Le FPÖ, Parti de la liberté, a recueilli 16% des voix aux dernières législatives, il y a dix jours, soit dix points de moins qu’aux élections de 2017… Et si le chancelier conservateur Sebastian Kurz n’entame qu’aujourd’hui ses discussions pour former un nouveau gouvernement, le FPÖ a déjà fait savoir qu’il préférait rester dans l’opposition.

En Autriche donc mais aussi au Danemark, en Italie, les droites extrêmes se retirent des affaires, ou on les en retire…

Publicité

Quelles conclusions en tirer, et ont-elles pour autant perdu la bataille des idées ?

Au Danemark comme en Autriche, un certain nombre des thèmes programmatiques portés par l’extrême-droite ont été repris à leur compte par les partis qu’on appelait traditionnellement "de gouvernement". Au Danemark, la gauche, revenue au pouvoir lors des dernières élections, a pris des positions très rigoureuses s’agissant de l’immigration, des étrangers présents sur le sol danois. Le "bloc rouge" qui fédère quatre partis de gauche a repris à son compte le programme du gouvernement précédent.

Journal de 7 h
12 min
Les Enjeux internationaux
10 min

L'équipe