Des militants rassemblés à Lafayette Square pour protester contre le "règle du baîllon mondial" du gouvernement Trump contre les ONG fournissant des services d'avortement ou de défense des droits le 29 mars 2019 à Washington, DC.
Des militants rassemblés à Lafayette Square pour protester contre le "règle du baîllon mondial" du gouvernement Trump contre les ONG fournissant des services d'avortement ou de défense des droits le 29 mars 2019 à Washington, DC. ©AFP - Brendan Swialowski
Des militants rassemblés à Lafayette Square pour protester contre le "règle du baîllon mondial" du gouvernement Trump contre les ONG fournissant des services d'avortement ou de défense des droits le 29 mars 2019 à Washington, DC. ©AFP - Brendan Swialowski
Des militants rassemblés à Lafayette Square pour protester contre le "règle du baîllon mondial" du gouvernement Trump contre les ONG fournissant des services d'avortement ou de défense des droits le 29 mars 2019 à Washington, DC. ©AFP - Brendan Swialowski
Publicité

A 20 jours des élections européennes, le féminisme apparaît dans la campagne. 10 % des électeurs espagnols ont voté récemment pour le parti ouvertement anti-féministe Vox, d'autres en Europe et dans le monde désignent le féminisme comme cible. Anti-féministes et nationalistes : nouvelle alliance ?

Avec
  • Marie-Cécile Naves Politologue, spécialiste des Etats-Unis. Directrice de recherche à l’IRIS (Institut des Relations Internationales et Stratégiques) où elle dirige l’Observatoire Genre et Géopolitique.

« Il est inexplicable que l’accès à la santé sexuelle et reproductive ne soit pas explicitement reconnu aux victimes de violences sexuelles, elles qui sont souvent la cible d’atroces exactions et de mutilations barbares. » Au sein du Conseil de sécurité du 23 avril, l’ambassadeur français à l’ONU François Delattre n'a pas hésité à dénoncer la menace de veto proférée par les Etats-Unis pour empêcher une résolution contre le viol comme arme de guerre.

Le choc est de taille, face aux Nobel de la Paix 2018 Denis Mukwege et Nadia Murad qui réclament justice, l'administration Trump a tout fait pour ne pas reconnaître et favoriser les avortements dans le monde. La résolution pour lutter contre les violences sexuelles dans les conflits a été votée, mais elle a été vidée de sa substance à cause de la simple évocation de la " santé sexuelle et procréative" des termes qui seraient pro-avortement pour Washington. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une instumentalisation de l'anti-féminisme et des thèmes anti-LGBTI par crispation nationaliste

En Espagne comme dans d'autres pays, l' Italie, la Hongrie ou la   Pologne, un retour de "backlash" sur les droits des femmes et sur les questions d'égalité des genres, en particulier les droits des LGBTI , progresse avec la montée des populismes nationalistes. Le parti d'extrême-droite espagnol Vox est celui qui se fait le mieux remarquer avec l'anti-féminisme comme fer de lance politique pour revendiquer un " suprémacisme mâle", presque 75% de ses partisans sont des hommes selon un sondage Henneo pour Metroscopia.

Ce qui est intéressant avec Vox, c'est qu'autour d'un discours très global sur la menace qui existerait contre l'unité nationale avec les séparatistes, s'y agrègent aussi l'égalité entre les femmes et les hommes, la lutte contre les violences domestiques, le mariage homosexuel, la question de l'avortement et la menace des valeurs traditionnelles. Tout ceci se retrouve dans un discours très identitaire avec des mots très durs, un de ses leaders, Francisco Serrano, parle de "dictature des femelles" et de "djihadisme du genre". Marie-Cécile Naves

4 min

Ecoutez l'analyse de Marie-Cécile Naves sur la crispation du pouvoir patriarcal qui défend sa vision de la famille comme Matteo Salvini qui qualifie l'homoparentalité comme "non naturelle"

1 min

34 min