Réunion au quartier général de l'Otan à Bruxelles, en décembre dernier
Réunion au quartier général de l'Otan à Bruxelles, en décembre dernier ©Reuters - Jonathan Ernst
Réunion au quartier général de l'Otan à Bruxelles, en décembre dernier ©Reuters - Jonathan Ernst
Réunion au quartier général de l'Otan à Bruxelles, en décembre dernier ©Reuters - Jonathan Ernst
Publicité

Si l’argent est le nerf de la guerre, c’est aussi celui de la paix. Dès lors, comment concevoir une défense raisonnable sans vision financière à long terme ? Fait d’évidence : tous les budgets de défense en Europe ont littéralement fondu depuis les bouleversements internationaux,...

Avec
  • Hugues Esquerre spécialiste des questions de défense

... à l’exception du britannique et dans une moindre mesure du français. Mais ce dernier est grevé par les nombreuses et successives interventions militaires à l’extérieur, dont le coût --toujours en augmentation-- obère, repousse ou annule de grands programmes d’armement (un système d’armement reste opérationnel durant quarante voire cinquante ans).

S’il est vrai que la France s’est remobilisée d’une façon populaire au lendemain des divers attentats de 2015, les sommes allouées à la défense sont en constante diminution. La « réformite » continuelle peut masquer des absences de choix de long terme (témoins, d’ailleurs, les Livres blancs qui se succèdent à une cadence soutenue). De plus, la lutte contre le terrorisme ponctionne (certes, à juste titre) le budget de la défense.

Publicité

Comment remédier à cet état de fait, mais aussi à cette tendance qui affaiblit la politique étrangère elle-même ?                                                      Th. G.

Les extensions successives de l'Otan en Europe depuis 1949
Les extensions successives de l'Otan en Europe depuis 1949
© Reuters - RNGS