France Culture
France Culture
Publicité
En savoir plus
Egyptian presidential candidate Abdel Moneim Abul Fotouh
Egyptian presidential candidate Abdel Moneim Abul Fotouh
Egyptian presidential candidate Amr Moussa
Egyptian presidential candidate Amr Moussa

Le second tour de la présidentielle aura lieu demain samedi et dimanche.

Ce scrutin se déroule après les législatives de fin 2011-début 2012, qui avaientvu la victoire des islamistes, à savoir les Frères musulmans (qui, l’annéedernière, avaient précisé qu’ils ne voulaient pas gouverner, puis qu’ils nevoulaient pas gouverner seuls), les islamistes dits modérés et les salafistes.

Publicité

Après la validation mouvementée d’une dizaine de candidatures, se retrouventface-à-face le dernier Premier ministre du président Moubarak (bien qu’uneloi le lui interdise), Ahmed Chafik, ancien militaire ; et Mohamed Morsi, lereprésentant des Frères musulmans. Une nouvelle constitution devant suivre, onignore les pouvoirs du président.

Depuis hier jeudi, la dissolution de la chambre a été prononcée par laHaute cour constitutionnelle, laquelle a invalidé la loi interdisant aux hautsresponsables de l’ancien régime d’être candidats à la présidentielle. Il s’agitdonc d’un coup de théâtre.

Sophie Pommier est spécialiste du pays et directrice d’un cabinet de conseil sur le monde arabe