92 blessés, dont deux graves, 1 mort et 761 personnes qui ont fait l'objet d'une assistance médicale, selon les services d'urgence de Catalogne.
92 blessés, dont deux graves, 1 mort et 761 personnes qui ont fait l'objet d'une assistance médicale, selon les services d'urgence de Catalogne.  ©AFP - RAYMOND ROIG
92 blessés, dont deux graves, 1 mort et 761 personnes qui ont fait l'objet d'une assistance médicale, selon les services d'urgence de Catalogne. ©AFP - RAYMOND ROIG
92 blessés, dont deux graves, 1 mort et 761 personnes qui ont fait l'objet d'une assistance médicale, selon les services d'urgence de Catalogne. ©AFP - RAYMOND ROIG
Publicité

"Le droit d’avoir un état indépendant qui prenne la forme d’une République" : c’est ce que revendique le Président de la Catalogne Carles Puigdemont, après l’annonce d’une large victoire du « oui » à 90 %.

Avec
  • Barbara Loyer Politologue spécialiste de l'Espagne et enseignante et chercheure en géopolitique à l'Université de Paris-VIII

Le premier pari de la légitimation est gagné car les autorités nationalistes qui ont réussi à organiser et à gagner le vote malgré l'intervention de la police fédérale espagnole. Pour Madrid, les images de télévision qui ont été montrées dans le monde entier, l’intervention policière a été contre-productive.

Cependant les incertitudes sont lourdes : non seulement la réalité des chiffres ne peut – et ne pourra – être vérifiée, faute d’un scrutin organisé dans les formes (ni assesseurs des deux côtés, ni commission électorale, ni instance de comptage indépendante)… Mais aussi, le coût politique est déjà important : c’est un risque de déstabilisation démocratique en Catalogne et Espagne.

Publicité
La Fabrique de l'Histoire
53 min

Jusqu’ici, les déclarations étrangères sont en général prudentes et appellent au dialogue. C’est donc une triple crise. Elle est catalane, européenne et espagnole : avec des forces politiques en reconfiguration depuis 2015, et une lutte pour la composition d'une majorité au Parlement de Madrid. C'est d'elles que va dépendre la suite, et de leur volonté de rétablir une démocratie espagnole désormais en danger.

Quelques courtes vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui:

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Sur la chaîne Le Monde, cette video de 3'30" synthétise avec clarté la problématique catalane de 2017:

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Et la chaîne l'Express, de son côté, résume en 1'30", l'escalade des tensions observées depuis quelques jours :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Euronews s'intéresse à une particularité spécifique du système des régionalismes en Espagne : les forces de l'ordre (catalanes) sont placées sous l'autorité du ministère de l'Intérieur (espagnol), et c'est ce dernier qui coordonne les opérations de maintien de l'ordre destinées à empêcher la tenue du scrutin :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Fernando Carderera, ambassadeur d’Espagne en France, déclarait la semaine dernière sur la chaîne RFI que "Ce qui se passe en Catalogne c'est un coup contre la démocratie espagnole, donné par un gouvernement régional qui est censé respecter la loi et les tribunaux de justice" :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Sue la chaîne Mediapart, Martí Anglada, délégué pour la Catalogne en France, revenait sur la stratégie choisie par le camp indépendantiste :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'équipe