FED

France Culture
France Culture
Publicité
Avec
  • Anton Brender chef économiste de Candriam, membre du Cercle des économistes

La banque centrale américaine, au lendemain du départ de son président, mise en regard avec la Banque centrale européenne. Le départ d'Alan Greenspan de la direction de la banque centrale américaine, après dix-huit années à sa tête, illustre d'abord la remarquable stabilité de cette institution. En cinquante années, elle n'a connu que six dirigeants. Greenspan arrivait juste avant le crash de 1987, a du ensuite affronter de nombreuses turbulences notamment à la crise asiatique de 1997, l'effondrement financier de la Russie en 1998. Il a conduit la politique monétaire des Etats-Unis avec un remarquable pragmatisme qui contraste étonnement avec l'inertie de la Banque centrale européenne incapable de s'adapter aux changements monétaires et économiques de la planète. Il est peut probable que son successeur infléchisse cette stratégie étant donné l'écho que les prises de décisions de la FED ont sur les marchés et les acteurs économiques.

L'équipe