Guerre en Ukraine, un cessez-le-feu tactique ?

Le patriarche orthodoxe russe Kirill assiste à une réunion du conseil du ministère russe de la Défense à Moscou le 21 décembre 2022
Le patriarche orthodoxe russe Kirill assiste à une réunion du conseil du ministère russe de la Défense à Moscou le 21 décembre 2022 ©AFP - MIKHAIL KLIMENTYEV
Le patriarche orthodoxe russe Kirill assiste à une réunion du conseil du ministère russe de la Défense à Moscou le 21 décembre 2022 ©AFP - MIKHAIL KLIMENTYEV
Le patriarche orthodoxe russe Kirill assiste à une réunion du conseil du ministère russe de la Défense à Moscou le 21 décembre 2022 ©AFP - MIKHAIL KLIMENTYEV
Publicité

Décrété de façon unilatérale par la Russie à l'occasion du Noël orthodoxe, le cessez-le-feu réclamé par le patriarche Kirill interpelle sur les intentions du Kremlin alors que les combats se poursuivent à Bakhmout confirmant le caractère illusoire de cette trêve...

Avec
  • Charles Tenenbaum Maître de conférences en Science politique à Sciences Po Lille, chercheur au CERAPS, chercheur associé au CERI.

La trêve unilatérale de 36 heures pour fêter le Noël orthodoxe, proposée par Vladimir Poutine la semaine dernière, n’a pas eu lieu. Les échanges de tirs se sont poursuivis avec intensité de part et d’autre de la ligne de front. Kiev a accusé Moscou de ne pas respecter son propre cessez-le-feu et, de la même manière, les Russes ont incriminé les Ukrainiens d’avoir empêché l’application de la trêve instaurée en forçant les Russes à riposter. Hier, le ministre russe de la Défense à affirmer avoir tué plus de 600 militaires ukrainiens dans une frappe massive de missiles sur des bâtiments à Kramatorsk dans l’est de l’Ukraine, ce que Kiev dément jusqu’ici. L’idée du cessez-le-feu a été initiée par le patriarche orthodoxe Kirill, puis a été reprise par le chef de l’Etat turc Recep Tayyip Erdogan avant d’être formulée par Vladimir Poutine ; une première depuis le début de l’invasion russe en février dernier.

Cet appel à la trêve éclair s’inscrit dans un effort rhétorique déployé par le pouvoir russe depuis plusieurs semaines, pour donner une importance sacrée à son offensive contre l’Ukraine. Bien que cette posture soit vue par les observateurs comme une mise en scène et une forme de propagande, le Kremlin affirme au contraire porter les valeurs et traditions de la Russie. À ce titre, l’Église orthodoxe russe, très proche du Kremlin, assure l’accompagnement du discours militaire de cette guerre par une dimension religieuse. Les précédents appels au cessez-le-feu émis par l’Ukraine pour la Pacques avaient été refusés, renforçant le caractère cynique de cette tentative de trêve unilatérale. Analyse d’un cessez-le-feu illusoire...

Publicité

Musique introductive : Bon Entendeur ft. Emma Peters - Le coup d'soleil

L'équipe