Le premier ministre israélien Naftali Bennett lors d'une réunion à Jérusalem le 10 avril 2022. ©AFP - RONEN ZVULUN
Le premier ministre israélien Naftali Bennett lors d'une réunion à Jérusalem le 10 avril 2022. ©AFP - RONEN ZVULUN
Le premier ministre israélien Naftali Bennett lors d'une réunion à Jérusalem le 10 avril 2022. ©AFP - RONEN ZVULUN
Publicité
Résumé

Avec Thomas Vescovi, chercheur indépendant en histoire contemporaine. Auteur de “L'échec d'une utopie. Une histoire des gauches en Israël”, ed. La Découverte.

avec :

Thomas Vescovi (Chercheur indépendant en histoire contemporaine. Auteur de “L'échec d'une utopie. Une histoire des gauches en Israël”, ed. La Découverte.).

En savoir plus

C’était déjà une gageure, pour cette coalition de huit partis tous plus différents les uns que les autres mais unis par leur volonté de chasser Benyamin Netanyahou du pouvoir…, c’était une gageure que de tenir neuf mois avec certes des anicroches au Parlement mais pas de crise majeure.

Une députée de cette coalition vient de porter un coup dur à cette alliance : Idit Silman, jeune parlementaire issue du parti d’extrême-droite Yamina du Premier ministre Naftali Bennett, a démissionné de ses fonctions, faisant ainsi perdre à la coalition sa majorité d’une voix puisqu’elle disposait jusque-là de 61 députés sur 120…

Publicité

Combien de temps encore peut tenir cette union regroupant tout à la fois la gauche, le centre, des partis de droite et une formation arabe ?