Un colon manifeste à Amona, au nord est de Ramallah, alors que des implantations allaient être détruites le 1er février dernier  ©AFP - JACK GUEZ
Un colon manifeste à Amona, au nord est de Ramallah, alors que des implantations allaient être détruites le 1er février dernier ©AFP - JACK GUEZ
Un colon manifeste à Amona, au nord est de Ramallah, alors que des implantations allaient être détruites le 1er février dernier ©AFP - JACK GUEZ
Publicité
Résumé

En juin prochain, on marquera le cinquantième anniversaire de l’occupation des territoires palestiniens.

avec :

Benjamin Netanyahu (homme d'État israélien. Président du Likoud, parti national-conservateur, il est Premier ministre d'Israël de 1996 à 1999 puis de 2009 à 2021.), Mustapha Ben Chenane (universitaire (Paris-Descartes)).

En savoir plus

Les territoires palestiniens sont : la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza, Israël ayant en plus annexé en 1980 Jérusalem-Est, ayant évacué la bande de Gaza en 2005. Occupation si l’on ose dire en pure perte et après tant de tragédies absurdes.

On notera que le Golan syrien a été également occupé en 1967, en partie restitué en 1974, le restant ayant été annexé par la seule Knesset en 1981.

Publicité

Ces annexions de Jérusalem-Est palestinien et du Golan syrien ne sont évidemment reconnues ni par l’ONU ni par ce qu’on appelle la « communauté internationale ».

Le 6 février, le parlement israélien a légalisé (par 60 voix contre 52) un texte en faveur de l’appropriation (donc, de l’expropriation) de territoires palestiniens. On applique ainsi une législation nationale dans des territoires militairement occupés.

À la fin de son second mandat (décembre 2016), le président Obama n’avait pas opposé son veto à une résolution de l’ONU (n° 2334) condamnant la colonisation, pour la première fois dans l’histoire des États-Unis depuis 1980.

La résolution : « Réaffirme que la création par Israël de colonies de peuplement dans le Territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, n’a aucun fondement en droit et constitue une violation flagrante du droit international et un obstacle majeur à la réalisation de la solution des deux États et à l’instauration d’une paix globale, juste et durable ». (Th. G.)

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.