Publicité
En savoir plus

La politique étrangère italienne a toujours été atlantiste d’abord, européenne fédéraliste ensuite, méditerranéenne enfin. D’ailleurs, c’est profondément un pays de la seule Méditerranée centrale.

En même temps, elle est profondément dépendante de son environnement immédiat, on l’a vu en Adriatique lors des guerres de Yougoslavie et d’ex-Yougoslavie.

Publicité

Ses abords, ce sont aussi les rives libyennes (où elle a une histoire), elle a même proposé de participer avec 5 000 hommes à une force internationale ONU pour réduire la guerre civile libyenne.

De plus, elle ne peut pas être insensible au chaudron proche-oriental.

mafia-capitale
mafia-capitale

Quelles priorités attribue-t-on à Matteo Renzi en politique étrangère ?

Comment a-t-il géré la présidence semestrielle du conseil des ministres de l’Union européenne ?

Quelle marge de manœuvre de Rome à l’égard des pays arabes méditerranéens ?

Au niveau européen, quelle politique de Federica Mogherini, récente et brève ministre des affaires étrangères, propulsée sans expérience «Mme politique étrangère de l’Union européenne» (notamment, sur le dossier ukrainien)?