Des soldats français patrouillent dans un village du Sahel malien situé à proximité de la frontière algérienne
Des soldats français patrouillent dans un village du Sahel malien situé à proximité de la frontière algérienne
Des soldats français patrouillent dans un village du Sahel malien situé à proximité de la frontière algérienne ©AFP - DAPHNÉ BENOIT
Des soldats français patrouillent dans un village du Sahel malien situé à proximité de la frontière algérienne ©AFP - DAPHNÉ BENOIT
Des soldats français patrouillent dans un village du Sahel malien situé à proximité de la frontière algérienne ©AFP - DAPHNÉ BENOIT
Publicité
Résumé

Aujourd'hui se tient à Paris la réunion des pays membres et des donateurs du G5 Sahel, la force militaire internationale qui doit se substituer à Barkhane : 5000 soldats ouest-africains pour remplacer 4000 français, du moins déjà les appuyer...

avec :

Kader Abderrahim (Chercheur spécialiste du Maghreb et de l'islamisme).

En savoir plus

Voilà l’enjeu de cette alliance des cinq Etats de la région liés par des frontières poreuses. Une alliance peut-être inspirée de la Force Multinationale Mixte (FMM) qui avait été mise en place en 2015 contre le groupe terroriste Boko Haram.

Mais l'Algérie reste étonnamment absente du dispositif actuel. Etonnamment, parce qu'elle a plus de 3000 km de frontière avec les principaux pays du Sahel: Mauritanie, Mali, Niger – sans oublier la Libye. Aussi parce qu'elle est depuis 30 ans au cœur de l'histoire jihadiste au Maghreb et au Sahel, avec l’expérience de la décennie noire, la question du GIA et de ses liens avec Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), et toute la complexité de la militarisation du Sahara. Enfin, parce qu’elle est aussi impliquée politiquement dans la résolution de la crise malienne suite aux Accords d’Alger signés il y a deux ans. 

Publicité

L’Algérie se méfie-t-elle d’une initiative Française ? Pas seulement: c’est la plus grosse armée de la région mais elle reste fragile politiquement. Et si elle joue à fond la carte de son autonomie, le Maroc concurrent régional joue au contraire sur l’intégration africaine.

Emmanuel Macron s'est rendu à Alger en décembre 2017 pour une visite dont les résultats restent peu clairs. L’Algérie serait-elle devenue le «point aveugle» du dispositif antijihadiste mis en place en Afrique de l’Ouest ?

Quelques vidéos pour éclairer en images le thème d'aujourd'hui :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

.

Retour sur info (mars 2017) :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

45 min