Le secrétaire général Jens Stoltenberg lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN consacrée aux tensions entre la Russie et l'Ukraine.
Le secrétaire général Jens Stoltenberg lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN consacrée aux tensions entre la Russie et l'Ukraine.
Le secrétaire général Jens Stoltenberg lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN consacrée aux tensions entre la Russie et l'Ukraine. ©AFP - JOHN THYS
Le secrétaire général Jens Stoltenberg lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN consacrée aux tensions entre la Russie et l'Ukraine. ©AFP - JOHN THYS
Le secrétaire général Jens Stoltenberg lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'OTAN consacrée aux tensions entre la Russie et l'Ukraine. ©AFP - JOHN THYS
Publicité
Résumé

Avec Amélie Zima , docteure en science politique et chercheuse au Centre Thucydide (Université Panthéon-Assas)

avec :

Amélie Zima (Docteure en science politique et chercheuse au Centre Thucydide (Université Panthéon-Assas)).

En savoir plus

Aujourd’hui commencent à Genève trois jours de pourparlers entre Russes et Américains sur la situation en Ukraine, que Vladimir Poutine dément vouloir envahir, mais dont il a beaucoup plus explicitement refusé qu’elle intègre un jour l’Otan comme le gouvernement ukrainien le souhaiterait.

De façon générale, Moscou ne veut pas voir l’Alliance atlantique se renforcer sur son flanc est, de quelle manière que ce soit. Ce serait pour elle un casus belli et une transgression de l’accord de bon voisinage qui lie la Russie à l’Otan depuis 1997.                   

Publicité
Références

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Lucas Lazo
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation