La Chine est-elle la seule gagnante de l'accord de libre-échange asiatique ?

Le premier ministre Vietnamien Xuan Phuc applaudit à côté des représentants des autres pays signatures de l'accord de Partenariat régional économique global le 15 novembre.
Le premier ministre Vietnamien Xuan Phuc applaudit à côté des représentants des autres pays signatures de l'accord de Partenariat régional économique global le 15 novembre.  ©AFP - Nhac NGUYEN
Le premier ministre Vietnamien Xuan Phuc applaudit à côté des représentants des autres pays signatures de l'accord de Partenariat régional économique global le 15 novembre. ©AFP - Nhac NGUYEN
Le premier ministre Vietnamien Xuan Phuc applaudit à côté des représentants des autres pays signatures de l'accord de Partenariat régional économique global le 15 novembre. ©AFP - Nhac NGUYEN
Publicité

Profitant du retrait américain de la scène internationale en cette période post-électorale, la Chine a annoncé la signature d'un partenariat entre 15 pays d'Asie et s'est posée en garante du multilatéralisme. Un grand exercice de communication, selon la chercheuse Françoise Nicolas.

Avec
  • Françoise Nicolas Économiste, directrice du Centre Asie de l'Institut français des relations internationales (Ifri) et chercheur associée à l'université Paris-Est Marne-la-Vallée.

Signé la semaine dernière entre 15 pays asiatiques (Chine, Japon, Corée du sud, Nouvelle-Zélande...), le RCEP (pour Regional Comprehensive Economic Partnership) est l’objet de tous les superlatifs : ce serait le plus grand traité de libre-échange au monde, un accord historique… la Chine n’aurait jamais été aussi puissante.

Certes, dans les chiffres, ce partenariat crée la plus grande zone de libre-échange de la planète puisque les 15 pays signataires représentent à eux seuls un tiers de la population mondiale, et 30% du PIB mondial.

Publicité

La Chine s’en arroge la victoire, même si en réalité ce n’est pas elle qui en est à l’initiative et qu’elle n’est pas la seule à en tirer parti...

Ce projet de partenariat date de 2012 et a été créé à l'initiative de l'Asean, et plus précisément de l'Indonésie. L'idée, c'était d'apporter une réponse au Partenariat transpacifique qui, lui, était poussé à l'époque par les Etats-Unis, et était perçu en Asie comme risquant de marginaliser l'Asean. Ce projet alternatif recentre le jeu sur l'Asie.  Les pays qui n'avaient pas encore entre eux des accords de libre-échange sont ceux qui en profiteront le plus. Le Japon, qui était absent d'un grand nombre d'accords bilatéraux, va ouvrir son marché à de nouveaux partenaires. La Chine ne sera assurément pas la seule à tirer parti.  Françoise Nicolas

Entendez-vous l'éco ?
58 min

L'équipe