Karim Khan le procureur général de la CPI avec son homologue ukrainienne Iryna Venediktova, à Kharkiv le 15 juin 2022. ©AFP - Handout / Ukrainian Prosecutor General office
Karim Khan le procureur général de la CPI avec son homologue ukrainienne Iryna Venediktova, à Kharkiv le 15 juin 2022. ©AFP - Handout / Ukrainian Prosecutor General office
Karim Khan le procureur général de la CPI avec son homologue ukrainienne Iryna Venediktova, à Kharkiv le 15 juin 2022. ©AFP - Handout / Ukrainian Prosecutor General office
Publicité
Résumé

La Cour Pénale Internationale célèbre ce matin les vingt ans de l'entrée en vigueur du traité de Rome. Quel bilan tirer pour cette juridiction qui n'a condamné que cinq criminels de guerre depuis sa création et à l'heure de la guerre en Ukraine?

En savoir plus

Le 1er juillet 2002 était inaugurée le Cour pénale internationale à la Haye, quatre ans après l’élaboration à Rome de son statut par 120 pays.

La CPI est donc, depuis vingt ans, censée juger les crimes qui relèvent de sa compétence : génocide, crimes contre l’humanité, crimes de guerre, crimes d’agression…

Publicité

Et si son bilan est encore très maigre comme le relèvent ses détracteurs avec seulement cinq personnes condamnées pour crimes de guerre et seulement des Africains…, l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février est pour elle la bien sinistre occasion de s’affirmer. Jamais la Cour n’aura eu autant de moyens pour enquêter, autant de volonté politique pour lui donner un vrai rôle. A moins que la création d’un tribunal spécial ne la mette hors-jeu.

Références

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Lucas Lazo
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation