Le premier ministre bulgare Petkov et le président ukrainien Zelensky à Kiev le 28 avril.
Le premier ministre bulgare Petkov et le président ukrainien Zelensky à Kiev le 28 avril.
Le premier ministre bulgare Petkov et le président ukrainien Zelensky à Kiev le 28 avril. - Sergei SUPINSKY
Le premier ministre bulgare Petkov et le président ukrainien Zelensky à Kiev le 28 avril. - Sergei SUPINSKY
Le premier ministre bulgare Petkov et le président ukrainien Zelensky à Kiev le 28 avril. - Sergei SUPINSKY
Publicité
Résumé

Depuis mercredi 27 avril, le groupe russe Gazprom a interrompu ses livraisons de gaz à la Bulgarie. La décision du Premier ministre bulgare de ne pas payer en rouble et contourner les sanctions européennes ne fait pourtant pas l'unanimité.

avec :

Nadège Ragaru.

En savoir plus

La Bulgarie, comme la Pologne, a donc refusé de payer en rouble son approvisionnement en gaz : cela serait revenu à contourner les sanctions adressées à la Russie par les occidentaux. Le premier ministre bulgare, Kiril Petkov, estime que son pays peut tenir plus d'un mois sans gaz russe et il compte sur l'Union Européenne pour accélérer la finition du gazoduc entre la Bulgarie et la Grèce.

Mais, à Sofia, cette décision du premier ministre pro-européen ne fait pas l'unanimité. Le président bulgare, Roumen Radev, considéré comme pro-russe, accuse implicitement le gouvernement de s'être attiré les foudres du Kremlin en prenant ouvertement parti pour l'Ukraine, et notamment en se prononçant pour la livraison d'armes légères à Kiev.

Publicité

À lire aussi : Pourquoi la Russie suspend-elle ses livraisons de gaz à la Pologne et la Bulgarie ?

Le président est soutenu par le parti socialiste bulgare qui est membre de la coalition au pouvoir. Surtout, le président se fait l'écho d'une partie de l'opinion publique bulgare pour qui la Russie est une nation amie depuis plus de 100 ans. La Bulgarie a eu, en effet, une place de choix dans le giron soviétique pendant des décennies.

De son côté, le Premier ministre dit ne pas vouloir céder. Il ne veut surtout pas que la Bulgarie soit à l'origine de la première fissure au sein de l'Union Européenne.

Avec Nadège Ragaru, directrice de recherche au Centre de recherches internationales de Sciences Po, spécialiste de la Bulgarie.

À lire aussi : La Bulgarie sous le choc de l'arrêt des livraisons de gaz russe

Références

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Lucas Lazo
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation