Maïa Sandu, le nouveau visage de la Moldavie, a été élue présidente de cette ancienne République Soviétique en décembre 2020.
Maïa Sandu, le nouveau visage de la Moldavie, a été élue présidente de cette ancienne République Soviétique en décembre 2020. ©AFP - Sergei GAPON / AFP
Maïa Sandu, le nouveau visage de la Moldavie, a été élue présidente de cette ancienne République Soviétique en décembre 2020. ©AFP - Sergei GAPON / AFP
Maïa Sandu, le nouveau visage de la Moldavie, a été élue présidente de cette ancienne République Soviétique en décembre 2020. ©AFP - Sergei GAPON / AFP
Publicité

La présidente moldave Maïa Sandu vient-elle d'obtenir une première victoire dans son bras de fer face à la Russie ? En parvenant à diversifier ses approvisionnements en gaz alors que le pays était confronté à une pénurie, la Moldavie a envoyé un signal fort à Moscou.

Avec
  • Florent Parmentier Secrétaire général du CEVIPOF/ Sciences Po, chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC.

C’est un cas d’école de ce que le gaz peut être une arme géopolitique majeure, et un moyen de pression redoutable… mais aussi, de ce qu’il est possible de ne pas céder au chantage.

La Moldavie s’est finalement sortie de la difficulté dans laquelle l’avait mise la Russie la semaine dernière en augmentant de 42% ses tarifs du gaz… à cette toute petite cliente qui n’avait jusque-là qu’un seul fournisseur.

Publicité

Présidée depuis un an par une pro-européenne convaincue, Maia Sandu, la Moldavie a d’abord convaincu Moscou de prolonger son contrat de cinq ans sur son « autoroute du gaz »… et a trouvé des chemins de traverse.

Avec Florent Parmentier, secrétaire général du CEVIPOF de Sciences Po, chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC.

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Vivien Demeyère
Réalisation
Lucas Lazo
Collaboration