Un manifestant brandit une pancarte pour demander un traitement humain des demandeurs d'asile détenus sur l'ile de Manus à Sydney, le 20 juillet 2019.
Un manifestant brandit une pancarte pour demander un traitement humain des demandeurs d'asile détenus sur l'ile de Manus à Sydney, le 20 juillet 2019.
Un manifestant brandit une pancarte pour demander un traitement humain des demandeurs d'asile détenus sur l'ile de Manus à Sydney, le 20 juillet 2019. ©AFP - PETER PARKS
Un manifestant brandit une pancarte pour demander un traitement humain des demandeurs d'asile détenus sur l'ile de Manus à Sydney, le 20 juillet 2019. ©AFP - PETER PARKS
Un manifestant brandit une pancarte pour demander un traitement humain des demandeurs d'asile détenus sur l'ile de Manus à Sydney, le 20 juillet 2019. ©AFP - PETER PARKS
Publicité
Résumé

Ce premier janvier, l'accord sur la rétention de migrants renvoyés d'Australie dans un camp sur une ile de Papouasie-Nouvelle-Guinée en vigueur depuis 2013 prend fin. Cette extra-territorialisation de l’accueil témoigne d'une politique migratoire très stricte à replacer dans l'histoire du continent.

avec :

Sarah Mohamed-Gaillard (Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l'Inalco, spécialiste de l'histoire de l'Océanie et de la politique de la France dans le Pacifique Sud).

En savoir plus

L'accord convenu entre 2013 entre l’Australie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée pour le transfert des migrants, a pris fin samedi. Il s’agissait bien de « transfert » et non « d’accueil » tant les conditions de rétention dans les camps des îles de Manus ou bien plus loin en plein Pacifique, Nauru, étaient décrites comme sordides par Human Rights Watch et Amnesty International…

Cet accord permettait à l’Australie de renvoyer tous les migrants débarquant sur ses côtes.

Publicité

Depuis le 1er janvier, la Papouasie Nouvelle-Guinée va prendre en charge à 100% les migrants qui sont restés sur son sol, et leur proposer de rester sur place.

Avec Sarah Mohamed-Gaillard, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l'Inalco,  spécialiste de l'histoire de l'Océanie et de la politique de la France  dans le Pacifique Sud. 

Références

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Vivien Demeyère
Réalisation
Lucas Lazo
Collaboration