Le Premier ministre roumain Ludovic Orban le 19 novembre 2020 à Bucarest. Il estime que le veto de la Hongrie et la Pologne au plan de relance européen est "négatif pour toute l'Union européenne".
Le Premier ministre roumain Ludovic Orban le 19 novembre 2020 à Bucarest. Il estime que le veto de la Hongrie et la Pologne au plan de relance européen est "négatif pour toute l'Union européenne". ©AFP - DANIEL MIHAILESCU
Le Premier ministre roumain Ludovic Orban le 19 novembre 2020 à Bucarest. Il estime que le veto de la Hongrie et la Pologne au plan de relance européen est "négatif pour toute l'Union européenne". ©AFP - DANIEL MIHAILESCU
Le Premier ministre roumain Ludovic Orban le 19 novembre 2020 à Bucarest. Il estime que le veto de la Hongrie et la Pologne au plan de relance européen est "négatif pour toute l'Union européenne". ©AFP - DANIEL MIHAILESCU
Publicité

Les libéraux au pouvoir devraient y rester après les législatives d'hier, malgré des résultats en baisse. Favorable au plan de relance européen, le Premier ministre Ludovic Orban veut convaincre la Hongrie et la Pologne de le rejoindre sur ce point. Entretien avec l'historien Traian Sandu.

Avec
  • Traian Sandu historien, professeur agrégé à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Dans les Enjeux internationaux nous avions parlé, début octobre, des élections municipales en Roumanie : le parti social-démocrate, héritier politique du communisme, en avait été le grand perdant… à la faveur notamment d’une toute jeune formation de centre-droit, l’USR.

Ces municipales ne préfiguraient pas les législatives d’hier puisque les sociaux-démocrates sont arrivés en tête avec 30% des voix, d’après les premiers résultats partiels. Pas de quoi en revanche reprendre le pouvoir au Parti libéral, la deuxième grande formation du pays, dont est issu le Premier ministre Ludovic Orban. Celui-ci semble néanmoins avoir fait les frais de la gestion de la crise sanitaire liée au coronavirus, qui a été le grand sujet de la campagne. Son attachement par ailleurs à l'Union européenne, au plan de relance européen, sa volonté de convaincre la Hongrie et la Pologne d'accepter ce plan en l'état... lui ont-ils été reprochés par les électeurs ?

Publicité
6 min

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Vivien Demeyère
Réalisation
Marine Beccarelli
Collaboration