Michel Aoun a reçu Najib Mikaiti le 10 septembre à Beyrouth à l'occasion de la formation du nouveau gouvernement libanais
Michel Aoun a reçu Najib Mikaiti le 10 septembre à Beyrouth à l'occasion de la formation du nouveau gouvernement libanais ©AFP - STRINGER / DALATI AND NOHRA / AFP
Michel Aoun a reçu Najib Mikaiti le 10 septembre à Beyrouth à l'occasion de la formation du nouveau gouvernement libanais ©AFP - STRINGER / DALATI AND NOHRA / AFP
Michel Aoun a reçu Najib Mikaiti le 10 septembre à Beyrouth à l'occasion de la formation du nouveau gouvernement libanais ©AFP - STRINGER / DALATI AND NOHRA / AFP
Publicité

Le Premier ministre Najib Mikati a annoncé vendredi la composition de son nouveau gouvernement, après treize mois de tractations. Ce cabinet, qui reproduit le système confessionnel tant honni par les électeurs, aura la lourde tâche de sortir le pays d'une crise économique sans précédent.

Avec
  • Karim Emile Bitar Professeur à l'Ecole normale supérieure de Lyon et à l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, spécialiste du Proche et Moyen-Orient.

Le Premier ministre Najib Mikati a d’ores et déjà averti les Libanaises et Libanais : ils ne doivent pas s’attendre à des miracles.

Après treize mois de tractations, ce milliardaire de Tripoli, qui a déjà dirigé le gouvernement à deux reprises, a présenté vendredi un cabinet qui tiendra ce matin sa toute première réunion…

Publicité

On est loin du gouvernement dit de « mission » que le Liban, juste après la double explosion du port de Beyrouth, s’était engagé à former, pour éviter que le système confessionnel ne continue à s’auto-alimenter.

Avec Karim Emil Bitar, professeur de Sciences politiques de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (USJ, Liban) , spécialiste du Proche et Moyen-Orient.