Le leader indépendantiste Oriol Junqueras (à d.) qui a été libéré de prison pour participer à la campagne électorale et le président du parti ERC Pere Aragones (à g.) célèbrent leur résultat obtenu aux élections législatives en Catalogne du 14/02.
Le leader indépendantiste Oriol Junqueras (à d.) qui a été libéré de prison pour participer à la campagne électorale et le président du parti ERC Pere Aragones (à g.) célèbrent leur résultat obtenu aux élections législatives en Catalogne du 14/02.
Le leader indépendantiste Oriol Junqueras (à d.) qui a été libéré de prison pour participer à la campagne électorale et le président du parti ERC Pere Aragones (à g.) célèbrent leur résultat obtenu aux élections législatives en Catalogne du 14/02. ©AFP - JOSEP LAGO
Le leader indépendantiste Oriol Junqueras (à d.) qui a été libéré de prison pour participer à la campagne électorale et le président du parti ERC Pere Aragones (à g.) célèbrent leur résultat obtenu aux élections législatives en Catalogne du 14/02. ©AFP - JOSEP LAGO
Le leader indépendantiste Oriol Junqueras (à d.) qui a été libéré de prison pour participer à la campagne électorale et le président du parti ERC Pere Aragones (à g.) célèbrent leur résultat obtenu aux élections législatives en Catalogne du 14/02. ©AFP - JOSEP LAGO
Publicité
Résumé

A eux trois, les partis indépendantistes catalans ont obtenu la majorité absolue aux élections régionales de Catalogne, dimanche dernier. Mais les négociations autour d'une alliance pour prendre ensemble la tête du Parlement catalan s'annoncent longues. Entretien avec la géographe Nacima Baron.

avec :

Nacima Baron (Géographe, professeure à l'université Paris Est Marne La Vallée, chercheuse au laboratoire « Ville, mobilité, transport » de l'École des Ponts ParisTech (ENPC).).

En savoir plus

Les élections de dimanche en Catalogne ont certes été remportées avec 23% des voix par le socialiste Salvador Illa, ancien ministre de la santé, qui avait démissionné de son poste pour reprendre la région aux indépendantistes.

Mais en face, les trois forces sécessionnistes ont, à elles trois, remporté à la fois une majorité de voix (plus de 50%) et une majorité de sièges (74 sur 135).

Publicité

Loin d’affaiblir, comme l’espérait Salvador Illa, la coalition des partis indépendantistes - trois ans après le referendum d’auto détermination de 2017, déclaré illégal par la justice - ces élections l'ont donc renforcée. A condition que ces partis s’entendent entre eux pour conserver la tête de la région.

Sur les trois partis indépendantistes qui ont remporté, ensemble, 51% des voix aux élections de Catalogne, deux [Junts per Cat, le parti de Carles Puigdemont, et les radicaux de CUP, ndlr] hésitent à faire coalition. L'enjeu, ce n'est pas tant la question des alliances que : pour faire quoi?      Nacima Baron

La Catalogne est fatiguée de cette crise sanitaire et de l'immense crise économique qui l'accompagne. Il faut voter un budget en urgence et pour cela évidemment, il faut un parlement catalan, notamment pour travailler à la redistribution des fonds de relance européens. Les principaux observateurs de cette campagne ont quand même mis l'accent sur le besoin, au-delà des conflits idéologiques entre ces différents partis, de reconstruire le dialogue, de pacifier un petit peu une société catalane très divisée, pour mettre en œuvre des réponses aux besoins quotidiens des Catalans.    Nacima Baron

À réécouter : Election en Catalogne : les indépendantistes espèrent conserver le pouvoir

À réécouter : L'Espagne tiendra un registre des personnes refusant d'être vaccinées contre le Covid-19 et le partagera avec d'autres pays européens

Références

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Vivien Demeyère
Réalisation
Marine Beccarelli
Collaboration