Le Président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador lors de sa conférence de presse quotidienne à Mexico, le 13 novembre 2019
Le Président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador lors de sa conférence de presse quotidienne à Mexico, le 13 novembre 2019 ©AFP - PEDRO PARDO
Le Président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador lors de sa conférence de presse quotidienne à Mexico, le 13 novembre 2019 ©AFP - PEDRO PARDO
Le Président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador lors de sa conférence de presse quotidienne à Mexico, le 13 novembre 2019 ©AFP - PEDRO PARDO
Publicité

L'arrivée au pouvoir d'Andrés-Manuel Lopez Obrador devait marquer un bouleversement, la "quatrième transformation" de l'histoire du Mexique. Mais un an après le compte n'y est pas pour les ONG qui demandent plus d'ambition dans les politiques de lutte contre la violence qui ravage le pays.

Avec
  • Alain Musset Géographe, membre de l'Institut Universitaire de France

C’était le 1er décembre 2018. L’arrivée au pouvoir de cet homme de gauche, à contretemps de la tendance générale en Amérique latine avait suscité de grands espoirs. Dans un pays, le Mexique, ravagé par la violence depuis de nombreuses années. 

Andrés Manuel Lopez Obrador, surnommé AMLO par ses partisans, avait annoncé d’emblée que son mandat présidentiel constituerait la quatrième transformation dans la longue histoire de ce pays (après l’indépendance, la réforme, et la révolution de Villa et Zapata).

Publicité

Mais au bout d’un an des doutes apparaissent déjà sur sa capacité à gérer les affaires de la deuxième économie de l’Amérique latine. A commencer par l’épineux dossier de la violence. Violence des cartels de drogue. Violence, aussi, de certaines unités des forces de sécurité. La population en paie le prix, très lourd. Près de 30.000 morts depuis janvier 2019. Un chiffre en augmentation et la tendance ne semble pas devoir s’inverser… Le gouvernement peut-il et veut-il changer la donne en matière de droits humains au Mexique ? 

A lire :

Le communiqué de l'ONG Amnesty International sur la situation au Mexique : "Amnesty International s'inquiète de l'absence d'avancées en matière de droits humains un an après l'arrivée du nouveau gouvernement."

L'équipe

Antoine Dhulster
Production
Mydia Portis-Guérin
Réalisation
Marine Beccarelli
Collaboration