Publicité
En savoir plus

Les quatre pays directement touchés par les soulèvements populaires ne peuvent être mis sur le même plan.

La Tunisie relève d’une transition politique en dents de scie, mais elle a surtout été atteinte dans ses recettes issues du tourisme. L’Égypte, également (le tourisme ayant représenté 11 % de son PIB en 2011), mais elle peut peu ou prou profiter de trois autres sources de revenus : le canal de Suez, l’exportation du pétrole, l’argent des travailleurs émigrés. La Libye était surtout un exportateur de pétrole et la guerre civile n’y est pas vraiment terminée. La Syrie, en pleine guerre civile depuis 2011 est un cas particulier de plus, l’État, dans sa souveraineté et dans son fonctionnement, y est complètement démembré.

Publicité

À quoi il faut ajouter, y compris pour l’Irak en partie occupé par l’État islamique, les conséquences de la baisse récente du cours du baril.

Per Capita GDP in the Arab World
Per Capita GDP in the Arab World