Cecilia Malmstrom (Commissaire au commerce européen),  Bruno Le Maire (Ministre français des Finances) et Roberto Azevedo (DG de l'OMC),  il y a un mois à Paris ©AFP - ERIC PIERMONT
Cecilia Malmstrom (Commissaire au commerce européen), Bruno Le Maire (Ministre français des Finances) et Roberto Azevedo (DG de l'OMC), il y a un mois à Paris ©AFP - ERIC PIERMONT
Cecilia Malmstrom (Commissaire au commerce européen), Bruno Le Maire (Ministre français des Finances) et Roberto Azevedo (DG de l'OMC), il y a un mois à Paris ©AFP - ERIC PIERMONT
Publicité
Résumé

L'OMC est la seule organisation internationale qui définit des règles régissant le commerce entre les pays du monde. En bloquant l’OMC, Donald Trump incite ses membres à proposer des réformes radicales pour contrer les offensives commerciales imposées de la Chine...

avec :

Sébastien Jean (Economiste, directeur du CEPII et directeur de recherches à l’INRAE).

En savoir plus

Le système actuel semble vraiment en péril. Les Etats-Unis bafouent les règles, le dénoncent comme étant inadapté et sont maintenant en train de le bloquer en prenant en otage l’organe de règlement des différends qui est une instance clef parce qu’ elle rend applicables les engagements pris dans les accords de l’OMC.      Sébastien Jean, directeur du CEPII

S’il y a tant d’agitation c’est parce que tout le monde réalise que la situation actuelle n’est pas tenable et que l’on va vers l’explosion du système si rien n’est fait. Le défi est d’essayer de créer une issue positive au conflit qui est en cours, pour éviter de retomber dans le retour massif de l’arbitraire et du rapport de force politique dans l'organisation des relations commerciales.       Sébastien Jean, directeur du CEPII

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La Chine a toujours été présente mais, très prudente, elle n’a jamais pris d’engagement sur le fait d’accepter des changements significatifs. Je crois qu’il y a une volonté de montrer qu’elle n’est pas fermée, qu’elle est d’accord pour discuter.  Mais elle n’a rien dévoilé de son jeu, c’est–à-dire des engagements qu’elle serait éventuellement prête à prendre ou des règles qu’elle accepterait de voir modifier. C’est un signe d’ouverture qui contraste avec les Etats-Unis qui, eux, se contentent - par la bouche de leur Président - de dire que l’OMC les a maltraités et que c’est une organisation terrible pour eux.    Sébastien Jean, directeur du CEPII

Pour l’instant on assiste à un cessez-le-feu, mais avec beaucoup de non-dits. Rien n’est résolu. Il me semble qu’on se donne un peu de temps parce qu'il y a des problèmes liés aux conséquences sur leurs économies respectives, mais pour l’instant il n’y a pas le début d’une solution sur les problèmes de fond qui motivent cette guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine !      Sébastien Jean, directeur du CEPII

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

.

.