A gauche :  Nicola Zingaretti, leader du Parti Démocrate Italien (centre gauche). A droite : Luigi Di Maio, leader du Mouvement 5 étoiles ©AFP - Vincenzo Pinto
A gauche : Nicola Zingaretti, leader du Parti Démocrate Italien (centre gauche). A droite : Luigi Di Maio, leader du Mouvement 5 étoiles ©AFP - Vincenzo Pinto
A gauche : Nicola Zingaretti, leader du Parti Démocrate Italien (centre gauche). A droite : Luigi Di Maio, leader du Mouvement 5 étoiles ©AFP - Vincenzo Pinto
Publicité
Résumé

Les tractations continuent ce matin au Parlement italien pour former un nouveau gouvernement. Après avoir réglé encore quelques points de divergence, le PD et le M5S devraient annoncer aujourd'hui leur coalition... Que peuvent-ils se trouver de commun? Entretien avec l'historienne Ludmila Acone.

avec :

Ludmila Acone (historienne spécialiste de l'Italie, chercheuse associée à Paris 1).

En savoir plus

Quand Matteo Salvini, ministre de l'Intérieur et vice-Premier ministre, a fait exploser en fin d'été la coalition que formait son parti d'extrême-droite la Ligue avec le Mouvement 5 Etoiles, il espérait que ce coup de théâtre allait provoquer des élections anticipées. Les sondages lui étant très favorables, il se rêvait les mains plus libres encore que pendant sa première année au gouvernement...  C'était sans compter la volonté des autres partis de lui faire barrage, quitte à former des alliances pour le moins hétéroclites.

Le Mouvement 5 Etoiles était aux affaires avec la Ligue, mais son ADN n’est pas celui d’un parti d’extrême-droite. Il s'agissait d'une alliance de circonstance suite à un blocage institutionnel. Il a davantage de points communs avec le Parti démocrate, beaucoup d’électeurs du Mouvement 5 étoiles sont des déçus de la gauche." Ludmila Acone

Publicité
Références

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Marine Beccarelli
Collaboration