Deux bombes ont explosé pendant l'office religieux à Jolo, une île du sud des Philippines
Deux bombes ont explosé pendant l'office religieux à Jolo, une île du sud des Philippines
Deux bombes ont explosé pendant l'office religieux à Jolo, une île du sud des Philippines ©AFP - HANDOUT
Deux bombes ont explosé pendant l'office religieux à Jolo, une île du sud des Philippines ©AFP - HANDOUT
Deux bombes ont explosé pendant l'office religieux à Jolo, une île du sud des Philippines ©AFP - HANDOUT
Publicité
Résumé

L'armée philippine est entrée hier en action sur l'île de Jolo contre le groupe responsable de l'attentat qui a tué 18 personnes dimanche dernier dans une cathédrale. Cette attaque revendiquée par l'EI vient perturber le processus de paix et d'autonomisation tout juste enclenché dans le Sud.

avec :

Yves Boquet (géographe, professeur à l'Université de Bourgogne.).

En savoir plus

Dimanche 27 janvier, un double attentat, revendiqué par le groupe Etat islamique, a été perpétré durant la messe de la cathédrale de Jolo, dans l'archipel de Sulu, aux Philippines. Ce drame a eu lieu deux jours après l'approbation massive de la création de la Région Autonome de Bangsamoro (BARMM), dans le Mindanao. 21 personnes sont mortes et au moins 81 ont été blessées. Ce référendum devait mettre un terme à 40 ans d'insurrection séparatiste, mis en oeuvre par le Milf (Front Moro islamique de libération) en particulier, dans cette zone majoritairement musulmane alors que l'archipel est  principalement catholique.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le président philippin, lui-même originaire de Mindanao, qui est le premier président à venir de cet île, était perçu comme un président qui pouvait résoudre la question très ancienne de l'irrédentisme musulman dans le sud des Philippines. Là, c'est un gros échec, alors qu'une loi est en train d'être passée pour donner plus d'autonomie à la région musulmane. Il prend l'attentat comme une insulte envers lui-même. Yves Boquet

Publicité

La voie de l'autonomisation remise en cause ?

Depuis, les autorités philippines ont déclenché l'état d'alerte et ont rapidement suspecté le groupe islamiste Abou Sayyaf qui a fait de l'île de Jolo, dans la province de Sulu, son bastion dans lequel 54% de la population a voté contre la création de la région. Le oui du référendum a pourtant atteint 85% sur les 2,8 millions de votants, avec 88% de taux de participation.  Le 30 janvier, un attentat à la grenade dans une mosquée a fait deux morts dans la ville de Zamboanga, toujours dans le sud des Philippines. 

10 min

Même si le processus de paix est fragilisé avec la poussée de l'Etat islamiste, le prochain référendum sur les dernières zones qui sont censées rejoindre la région administrative musulmane  se tiendra le 6 février prochain.