Le Président iranien Hassan Rohani en septembre 2020.
Le Président iranien Hassan Rohani en septembre 2020. ©AFP - IRANIAN PRESIDENCY / AFP
Le Président iranien Hassan Rohani en septembre 2020. ©AFP - IRANIAN PRESIDENCY / AFP
Le Président iranien Hassan Rohani en septembre 2020. ©AFP - IRANIAN PRESIDENCY / AFP
Publicité

Alors qu'a expiré hier l'embargo sur les ventes d'armes à l'Iran, Téhéran se rapproche de la Chine. Un accord commercial et militaire de grande ampleur est en préparation pour les... 25 années à venir. Entretien avec le chercheur Clément Therme.

Avec
  • Clément Therme Chargé de cours à l’université Paul-Valery de Montpellier

A ceux qui s’inquiètent d’une reprise de ses activités nucléaires et balistiques, à la faveur de la fin hier de l'embargo qui lui était imposé,  l’Iran assure qu’il n’a aucun besoin de se lancer dans une frénésie d’achats d’armes. Ses éventuels achats à venir, dit-il, ne lui serviront qu’à se défendre.

Parmi les pays qui ont déjà manifesté leur intérêt de développer une forme de coopération militaire avec l’Iran une fois l’embargo levé, il y a la Russie… et il y a surtout la Chine. Téhéran et Pékin négocient depuis plusieurs semaines déjà un accord commercial et militaire pour les 25 années à venir : en contrepartie d’un pétrole et d’un gaz décotés, vendus 30% moins cher que les prix du marché, le régime des mollahs devrait donc obtenir de Xi Jinping qu'il investisse 400 milliards de dollars dans l’économie iranienne.

Publicité

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Vivien Demeyère
Réalisation
Marine Beccarelli
Collaboration