Au ledemain de l'attentat contre une école de filles de la banlieue de Kaboul, les membres de la minorité chiite Hazara portent le corps d'une jeune fille tuée, le 9 mai 2021.
Au ledemain de l'attentat contre une école de filles de la banlieue de Kaboul, les membres de la minorité chiite Hazara portent le corps d'une jeune fille tuée, le 9 mai 2021. ©AFP - WAKIL KOHSAR
Au ledemain de l'attentat contre une école de filles de la banlieue de Kaboul, les membres de la minorité chiite Hazara portent le corps d'une jeune fille tuée, le 9 mai 2021. ©AFP - WAKIL KOHSAR
Au ledemain de l'attentat contre une école de filles de la banlieue de Kaboul, les membres de la minorité chiite Hazara portent le corps d'une jeune fille tuée, le 9 mai 2021. ©AFP - WAKIL KOHSAR
Publicité

Communauté chiite des montagnes, les Hazaras étaient aussi visés par les bombes qui ont explosé samedi devant une école pour filles, près de la capitale afghane. Isolés des autres chiites et délaissés par l'Iran, ils sont la cible des Talibans et de Daech. Entretien avec le chercheur Karim Pazkad.

Avec
  • Karim Pakzad chercheur à l'IRIS, spécialiste de l'Irak, de la Syrie, de l'Afghanistan et de l'Iran

« Des seaux et des cagettes ont roulé dans la cour, et les cieux se sont ouverts » écrivait Edna O’Brien dans Girl, le récit des écolières enlevées par Boko Haram, au Nigeria.

Samedi, dans cette localité à l’ouest de Kaboul, c’est bien la jeunesse afghane et l’éducation des filles qui ont été spécifiquement visés : le matin même, 7500 garçons étudiaient dans cette école, ils ont laissé la place à 2000 jeunes filles l’après-midi. Les bombes étaient programmées pour exploser à 16h.

Publicité

Les Talibans ont nié être impliqués dans cet attentat qui a fait 60 morts ; l’Etat islamique n’a pas ou pas encore revendiqué. L’école pour filles se trouve par ailleurs dans une localité de l’ouest de Kaboul peuplée par les Hazaras, minorité chiite avec une longue histoire de persécutions.

Les Hazaras se trouvent au centre de l'Afghanistan, entourés des autres peuples : les Tadjiks, les Pachtounes... C'est la seule ethnie en Afghanistan qui n'ait pas de frontières avec un pays voisin. Les Pachtounes ont leurs frères pachtounes au Pakistan. Les Hazaras, personne ne peut les protéger et ils craignent le départ des Américains.     Karim Pakzad

La situation actuelle en Afghanistan est telle que règne une certaine anarchie, sur le plan de la sécurité. L'Etat n'a jamais réussi - l'Etat avec les Américains et avec les forces étrangères - n'ont jamais réussi à assurer la sécurité de l'ensemble de la population, et notamment des chiites. Quand l'État islamique a pris racine en Afghanistan en 2014, il a fait du massacre des chiites leur objectif principal.    Karim Pakzad

10 min
5 min
58 min