Représentation des principaux protagonistes du scandale de la corruption : le gouvernement du Parti Social Démocrate (PSD) voulait les  amnistier contre l'avis des manifestants, mobilisés jour et nuit pendant près d'une semaine ©AFP - JAAP ARRIENS / NURPHOTO
Représentation des principaux protagonistes du scandale de la corruption : le gouvernement du Parti Social Démocrate (PSD) voulait les amnistier contre l'avis des manifestants, mobilisés jour et nuit pendant près d'une semaine ©AFP - JAAP ARRIENS / NURPHOTO
Représentation des principaux protagonistes du scandale de la corruption : le gouvernement du Parti Social Démocrate (PSD) voulait les amnistier contre l'avis des manifestants, mobilisés jour et nuit pendant près d'une semaine ©AFP - JAAP ARRIENS / NURPHOTO
Publicité
Résumé

Déjà, lors de son adhésion à l’Union européenne (UE) en 2007, la Roumanie (comme la Bulgarie) avait été tancée par Bruxelles, au motif de sa corruption, de la non-indépendance de la justice et de son contrôle aux frontières défectueux. Par la suite, elle fut à nouveau vivement critiquée par l’UE.

avec :

Edith Lhomel (Responsable de la collection de Réflexe Europe a enseigné à l’Institut d’Etudes Européennes de Paris-8.).

En savoir plus

Dix ans plus tard, le régime (régime socialiste au pouvoir depuis fin 2015) part en vrille sur le plan démocratique. Au point que, comme la Pologne, la Hongrie, la Croatie, le pays ne pourrait plus remplir les conditions minimales pour se porter candidat (critères de Copenhague, 1993). Décrets, ordonnances diverses réduisant considérablement le pouvoir des procureurs et des juges, projet de grâce portant sur 2 500 prisonniers, organisation méthodique de l’impunité, la Roumanie n’assure plus l’indépendance des pouvoirs. De fortes manifestations populaires ont eu lieu les jours derniers.

Cela soulève bien sûr la responsabilité politique de la commission européenne, qui semble faire le dos rond ou courber l’échine (malgré des protestations fort verbales), technique apparemment aussi adoptée à l’égard des présidents Trump et Erdogan.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.