Le grand marché d'Agadez, au Niger. La ville est le point de départ des migrants en provenance du Bénin et du Burkina Faso qui se dirigent, à travers le Sahara et la Lybie, en direction de la Sicile
Le grand marché d'Agadez, au Niger. La ville est le point de départ des migrants en provenance du Bénin et du Burkina Faso qui se dirigent, à travers le Sahara et la Lybie, en direction de la Sicile ©Reuters - Akintunde Akinleye
Le grand marché d'Agadez, au Niger. La ville est le point de départ des migrants en provenance du Bénin et du Burkina Faso qui se dirigent, à travers le Sahara et la Lybie, en direction de la Sicile ©Reuters - Akintunde Akinleye
Le grand marché d'Agadez, au Niger. La ville est le point de départ des migrants en provenance du Bénin et du Burkina Faso qui se dirigent, à travers le Sahara et la Lybie, en direction de la Sicile ©Reuters - Akintunde Akinleye
Publicité

Le Sahara est souvent pris comme un tout, béance entre l’Afrique du Nord et l’Afrique noire. Pour bien des raisons, cette imagerie populaire n’est plus pertinente. Espace hostile à l’homme, le Sahara a longtemps profité d’une réputation (et d’une renommée) toute-faite...

Avec
  • Bruno Lecoquierre professeur de géographie à l'université du Havre et directeur du laboratoire IDEES, le Havre

Il s’agissait d’un monde essentiellement refermé sur lui-même, sorte de limes ou de confins, vaste zone tampon entre le littoral nord-africain et le Sahel, aux distances considérables qui ne pouvaient être franchies aisément que par l’avion et dont le peuplement était résiduel et dispersé.

Or, semble-t-il, la réalité est beaucoup plus diversifiée. La dimension transsaharienne du Sahara s’impose, les liens avec les périphéries s’amplifient, les agglomérations sont plus peuplées et interagissent… Bref, l’espace saharien --si divers lui-même-- est de plus en plus intermédiaire et jointif. Le Sahara s’ouvrirait à lui-même et aux autres, selon diverses modalités.

Publicité

Pour quelles raisons et avec quelles conséquences ?

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Ali Bensaâd : " La région saharo-sahélienne focalise les inquiétudes par le condensé de tensions la parcourant où se mêlent conflits de territoires, violences politiques, actions terroristes et trafics. Au-delà de la question tragique du terrorisme, cette situation rappelle avec force que le Sahara que Braudel désignait comme "l'autre Méditerranée" est un élément essentiel de son système et qu'il le demeure malgré l'épisode colonial qui a voulu en faire un monde-frontière et les Etats-nations un appendice territorial à seul usage stratégique. Elle rappelle que la mondialisation ne saurait être unilatérale ou univoque, les marges étant là pour la subvertir et la ramener aux réalités du monde."