Sahara occidental : vers une sortie de l'ambiguïté ?

Manifestation à Madrid ce week-end, pour demander l'autodétermination du peuple sahraoui, conformément aux directives de l'ONU sur les peuples autochtones
Manifestation à Madrid ce week-end, pour demander l'autodétermination du peuple sahraoui, conformément aux directives de l'ONU sur les peuples autochtones ©AFP - OSCAR GONZALEZ / NURPHOTO
Manifestation à Madrid ce week-end, pour demander l'autodétermination du peuple sahraoui, conformément aux directives de l'ONU sur les peuples autochtones ©AFP - OSCAR GONZALEZ / NURPHOTO
Manifestation à Madrid ce week-end, pour demander l'autodétermination du peuple sahraoui, conformément aux directives de l'ONU sur les peuples autochtones ©AFP - OSCAR GONZALEZ / NURPHOTO
Publicité

La 43e Conférence européenne de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui vient de se terminer à Madrid. 10 000 manifestants ont appelé à la décolonisation et à l’indépendance.

Avec
  • Khadija Mohsen-Finan Enseignante à Paris I, spécialiste du Maghreb et des questions méditerranéennes, membre fondateur d’Orient XXI

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Je crois que dans la perspective de la réunion de Genève du 5 décembre, le Roi du Maroc veut donner l’impression qu’il a tout essayé : il va vers l’Algérie, il réintègre l’Union Africaine, et il a déjà proposé un plan d’autonomie l’année dernière. Il veut y aller la tête haute et il veut se distinguer aussi des autres invités. Mais je ne crois pas qu’à partir d’un discours prononcé par la Roi, les choses vont s’améliorer de manière drastique entre le Maroc et l’Algérie et que tout va changer au niveau de la recherche de la résolution de ce conflit.        Khadija Mohsen-Finan, chercheure associée à l'IRIS

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Il y a une donne nouvelle dans la région, dont il faut tenir compte : la résolution du conflit ne viendra pas d’une entente entre le Maroc et l’Algérie. Ce n’est pas suffisant et il y a d’autres acteurs qui entrent en jeu, comme le Front Polisario.  Il est reconnu comme le deuxième belligérant de ce conflit, et Genève lui donne une tribune pour revenir sur son combat : l’accusation faite au Maroc de spolier les ressources naturelles du Sahara Occidental. Il s’y rendra comme un acteur indépendant de l’Algérie : un acteur qui accuse et a déjà obtenu gain de cause.         Khadija Mohsen-Finan, chercheure associée à l'IRIS

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Sahara occidental, ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc mais dont le territoire est revendiqué depuis 1973 (45 ans !) par l'organisation indépendantiste du Polisario
Sahara occidental, ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc mais dont le territoire est revendiqué depuis 1973 (45 ans !) par l'organisation indépendantiste du Polisario
© AFP - https://www.youtube.com/watch?v=MTDyYovnBOs

L'équipe