La prison de Saydnaya, l'un des principaux centres de détention du régime syrien. ©AFP - DIGITALGLOBE
La prison de Saydnaya, l'un des principaux centres de détention du régime syrien. ©AFP - DIGITALGLOBE
La prison de Saydnaya, l'un des principaux centres de détention du régime syrien. ©AFP - DIGITALGLOBE
Publicité
Résumé

Les preuves s'accumulent pour documenter la politique d'extermination de la population syrienne par le régime. Deux chercheurs d'Amsterdam ont enquêté pendant trois ans sur des vidéos qui mettent en cause les services de renseignement et de sécurité dans le massacre de Tadamon, en avril 2013.

En savoir plus

Ugur Ümit Üngör, chercheur de l’Université d’Amsterdam à l’Institut d’études sur la guerre, la Shoah et le génocide, est à Paris au début de l’année 2019 pour une conférence. Il voit s’approcher un activiste syrien qui demande à lui parler seul à seul.

Ce militant lui remet 27 vidéos qui viennent de lui être envoyées de Syrie, par un jeune milicien pro-Assad… et qui montrent comment le 16 avril 2013, à Tadamon la banlieue sud de Damas, 288 civils dont 7 femmes et 12 enfants, ont été sommés de descendre d’un bus, la bouche et les yeux bandés, se sont mis à courir quand les soldats leur ont dit que des snipers les visaient, et ont fini par tomber dans une fosse, creusée là exprès. Chacun a été ensuite exécuté de sang-froid par des soldats blasés.

Publicité
Références

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Lucas Lazo
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation