Anthony Blinken et Lloyd Austin à Kiev avec le président Zelensky.
Anthony Blinken et Lloyd Austin à Kiev avec le président Zelensky.
Anthony Blinken et Lloyd Austin à Kiev avec le président Zelensky. ©AFP - US Department of Defense
Anthony Blinken et Lloyd Austin à Kiev avec le président Zelensky. ©AFP - US Department of Defense
Anthony Blinken et Lloyd Austin à Kiev avec le président Zelensky. ©AFP - US Department of Defense
Publicité
Résumé

Avec Laurence Nardon, responsable du programme Amérique du Nord de l’Ifri.

avec :

Laurence Nardon (Responsable du programme Amérique du Nord de l’Ifri, productrice du podcast hebdomadaire "New Deal" sur Slate).

En savoir plus

Il y a quelque chose d’A l’est d’Eden, le grand roman de John Steinbeck, dans les récits rapportés des États-Unis aujourd’hui.

Aujourd’hui, et alors qu’il a envoyé son secrétaire d’État Antony Blinken à Kiev dimanche 24 avril, Joe Biden a jusqu’à présent tracé une ligne rouge dans ses différents discours : pas d’intervention militaire directe. Mais l’envoi de chars pour aider les Ukrainiens à "mettre l’armée russe à genoux", participe à une forme d’escalade.

Publicité
59 min

Au printemps 1916, quand il n’était alors pas encore question que le pays entre dans la Première Guerre mondiale, le climat dans l’ouest américain paraissait déréglé, "beaucoup de gens disaient, écrit Steinbeck, que les couches supérieures de l’atmosphère étaient ébranlées par les coups de canon tirés en Europe. On en discutait sérieusement dans les journaux et entre amis. Mr. Wilson [serait bientôt] réélu Président et il avait promis de rester en-dehors des affaires d’Europe. Mais on lui conseillait la fermeté, ce qui signifiait la guerre".

Références

L'équipe

Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Lucas Lazo
Collaboration
Vivien Demeyère
Réalisation