Un nouveau procureur général pour la Cour Pénale Internationale

L'avocat britannique Karim Khan (ici en 2019 en Irak) a pris hier les fonctions de procureur général de la Cour pénale internationale.
L'avocat britannique Karim Khan (ici en 2019 en Irak) a pris hier les fonctions de procureur général de la Cour pénale internationale.  ©AFP - SABAH ARAR /
L'avocat britannique Karim Khan (ici en 2019 en Irak) a pris hier les fonctions de procureur général de la Cour pénale internationale. ©AFP - SABAH ARAR /
L'avocat britannique Karim Khan (ici en 2019 en Irak) a pris hier les fonctions de procureur général de la Cour pénale internationale. ©AFP - SABAH ARAR /
Publicité

Entretien avec Muriel Ubeda-Saillard, professeur agrégée en droit public.

Avec
  • Muriel Ubeda-Saillard Professeure agrégée en droit public, spécialisée en droit international, enseignante et co-directrice du Master 2 Justice pénale internationale à l'Université de Lille

« Nous avons parcouru un long chemin mais nous avons encore des kilomètres à faire avant de pouvoir dormir » c’est ainsi que Fatou Bensouda, procureure générale de la CPI pendant neuf ans, a conclu son discours avant-hier, avant de laisser la place à son successeur Karim Khan. Long discours de Fatou Bensouda où elle se félicite surtout des devoirs accomplis - comme la condamnation en mai dernier du chef rebelle ougandais Dominic Ongwen à 25 ans de prison pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité ; où elle évoque en quelques phrases le manque de moyens de la Cour et ne dit rien de l’un des plus grands échecs de la Cour pénale internationale : les dix ans de procédure contre l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo… pour rien puisque son acquittement a été confirmé fin mars en appel.

Le nouveau et troisième procureur général de la CPI, Karim Khan, saura-t-il obtenir des Etats une plus grande coopération, puisque c’est en particulier là que le bât blesse ?

Publicité
Le Temps du débat
38 min
Le Journal de l'histoire
3 min

L'équipe