Manifestation pro-européenne "Une Europe pour tous - votre voix contre le nationalisme" une semaine avant les élections européennes à Berlin, le 19 mai 2019.
Manifestation pro-européenne "Une Europe pour tous - votre voix contre le nationalisme" une semaine avant les élections européennes à Berlin, le 19 mai 2019. ©AFP - OMER MESSINGER
Manifestation pro-européenne "Une Europe pour tous - votre voix contre le nationalisme" une semaine avant les élections européennes à Berlin, le 19 mai 2019. ©AFP - OMER MESSINGER
Manifestation pro-européenne "Une Europe pour tous - votre voix contre le nationalisme" une semaine avant les élections européennes à Berlin, le 19 mai 2019. ©AFP - OMER MESSINGER
Publicité

Début du vote européen aux Pays-Bas et Royaume-Uni : les partis eurosceptiques devraient y faire une percée inédite, comme dans d'autres où les traditionnels "européistes" s'affrontent aux nationalistes. Alors que certains dirigeants s'invectivent ouvertement, quel compromis sera possible après ?

Avec
  • Sylvain Kahn enseignant-chercheur au Centre d'histoire de Sciences Po

427 millions d'électeurs sont appelés à voter dans les 28 pays de l'Union Européenne pour élire les 751 membres du Parlement européen entre le 23 et 26 mai. Les premiers à ouvrir les portes de leurs bureaux de vote sont les Pays-Bas et le Royaume-Uni. 

Face à l'enlisement du gouvernement May, les Britanniques pourraient voir l'extrême-droite, incarnée par le Parti du Brexit dirigé par Nigel Farage, arriver en tête du scrutin à cause de l'impasse du Brexit.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une montée régulière de l'euroscepticisme qui ne date pas d'hier

Dans le dernier sondage Eurobaromètre, 61% des Européens ont une opinion favorable à l'Union Européenne. L' euroscepticisme, qui ne cesse de monter depuis plusieurs années, a le vent en poupe sur une majeure partie du Vieux Continent, et cela devrait menacer le bipartisme qui structure le Parlement européen, composé par le Parti socialiste européen (PSE) et le groupe de droite pro-européen Parti Populaire Européen (PPE).

Le niveau d'abstention ne va probablement pas remonter. Pour autant, le fait même qu'il y ait, dans une certaine mesure, à la fois une convergence dans le fait que l'abstention est un phénomène qui touche l'ensemble des pays et en même temps qu'il y ait une très grande diversité des taux de participation témoignent bien que l'Europe est une société. Sylvain Kahn

Ecoutez l'analyse de Sylvain Kahn sur la montée des partis populistes en Europe

2 min

En savoir plus : L'Europe aux urnes
Affaires étrangères
59 min

L'équipe