Atlas de l’anthropocène : le dérèglement climatique se lit dans les cartes

Image d'illustration de la France sur un planisphère
Image d'illustration de la France sur un planisphère ©Getty - Ugurhan
Image d'illustration de la France sur un planisphère ©Getty - Ugurhan
Image d'illustration de la France sur un planisphère ©Getty - Ugurhan
Publicité

Un nouvel outil a été conçu par l’IGN (l’Institut national de l’information géographique et forestière), l’Atlas de l’anthropocène, qui cartographie à un degré de précision inouïe les côtes et les forêts, mais aussi les vulnérabilités de notre territoire avec Nathalie Eltchaninoff de l'IGN.

Après un été chaud, le plus chaud jamais enregistré en Europe et un hiver qui s'annonce compliqué, au moins sur le plan énergétique, la nécessité d'accélérer le déploiement des politiques publiques en faveur de la transition écologique s'impose avec force. Avec un nouvel outil qui a été conçu par l'IGN l'Institut national de l'information géographique et forestière. IGN et l'Atlas de l'anthropocène avec Nathalie Eltchaninoff, directrice adjointe de la Direction des programmes et de l'appui aux politiques publiques de l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN).

Qu’est-ce que l’anthropocène ?

Avant d’étudier ce nouvel Atlas de l’IGN, il convient de définir l’anthropocène, qui est en réalité un néologisme définissant une nouvelle époque géologique où l'homme, l'Humanité en tant qu'espèce, serait devenu la principale force géologique.

Publicité

Pourquoi l’IGN s’est-il lancé dans cette Atlas ?

L’objectif de cet atlas de l’anthropocène selon Nathalie Eltchaninoff est de "poursuivre les missions de cartographe, de producteur de base de données. Et avec cet atlas, essayer d'aller un cran plus loin, c’est-à-dire de raconter à quoi cela sert finalement de décrire le territoire aujourd'hui, par rapport à ce défi de l'anthropocène, et de ce que finalement on peut dire de l'impact de l'activité humaine sur les territoires".

Les nouveautés d’un tel Atlas ?

Cet atlas de l’anthropocène s’intéresse tout particulièrement à l’artificialisation des sols, c’est-à-dire les territoires transformés par l’activité humaine. L’IGN "cherche à maîtriser cette connaissance de l'artificialisation des sols. Ce qui est important aussi de savoir, c'est que selon les différents métiers, il y a beaucoup de définitions de ce que c'est qu'une zone réellement artificialisée, puisque c'est aussi un débat de scientifique d'aménageur" selon sa directrice adjointe.

La forêt est également au cœur de l'ouvrage, avec notamment en premier lieu son déploiement historique sur le territoire. Non seulement l'atlas présente la carte des espèces mais aussi leur migration face au réchauffement.

L’atlas cartographie également la biodiversité comme l’explique Nathalie Eltchaninoff : "La cartographie, la géographie permet de décrire les habitats, les habitats de la faune et de la flore et donc les bonnes conditions pour maintenir de la biodiversité. (…) je pense que c'est visible dans un atlas de voir en fait ce que ça veut dire, d'essayer de préserver des continuités écologiques pour les plantes et la faune".

La portée politique des cartes de l’atlas

"La carte, comme outil de médiation, est un outil très puissant fait pour permettre d'avoir un langage commun", Nathalie Eltchaninoff exprime la portée politique des cartes qui composent cet atlas : "On comprend bien qu'une loi qui va imposer zéro artificialisation nette en 2050, voire déjà une réduction de 50 % d'ici 2030, ce n'est pas facile. Sur des territoires, il y a des besoins de développement, d'aménagement, il n'y a pas toujours possibilité de reconvertir des friches industrielles. La carte est vraiment un outil de médiation qui permet de s'entendre sur des définitions, sur un langage commun et de donner à voir ce que produit telle ou telle définition de ce que l'on peut observer. C'est vraiment notre rôle à l'IGN de construire ce référentiel qui va donner à voir l'artificialisation et aussi permettre de faire des simulations. On peut simuler des zones d'aménagement et ensuite voir comment selon différents scénarios de mise en œuvre de parties d'aménagement, on peut ou non atteindre cet objectif de maîtrise de l'artificialisation".

L'équipe