Le maire d'Auby prononce un discours sur le toit d'un fourgon entouré de militants de la GCT, manifestants et forces de police, lors d'une manifestation de 1980
Le maire d'Auby prononce un discours sur le toit d'un fourgon entouré de militants de la GCT, manifestants et forces de police, lors d'une manifestation de 1980
Le maire d'Auby prononce un discours sur le toit d'un fourgon entouré de militants de la GCT, manifestants et forces de police, lors d'une manifestation de 1980 ©AFP - Jean Meunier
Le maire d'Auby prononce un discours sur le toit d'un fourgon entouré de militants de la GCT, manifestants et forces de police, lors d'une manifestation de 1980 ©AFP - Jean Meunier
Le maire d'Auby prononce un discours sur le toit d'un fourgon entouré de militants de la GCT, manifestants et forces de police, lors d'une manifestation de 1980 ©AFP - Jean Meunier
Publicité
Résumé

Dimanche, l’usine Nyrstar installée depuis plus de cent cinquante ans sur la commune d’Auby dans le Nord a décidé de cesser sa production de zinc : les prix de l'électricité ont été multipliés par 10. Retour sur ce territoire marqué par l'industrie lourde, confronté à des difficultés inattendues.

avec :

Florence Hachez-Leroy (Historienne des entreprises, des sciences et des techniques, maîtresse de conférences à l’Université d’Artois, chercheuse au Centre de recherches historiques (EHESS)).

En savoir plus

L’usine Nyrstar à Auby est en activité depuis plus de 150 ans. Aujourd’hui, elle stoppe sa production de zinc suite à la hausse du coût de l’électricité, multiplié par 10. Si ce chiffre semble spectaculaire, ce n’est pas anormal.

Historienne des entreprises, des sciences et des techniques, Florence Hachez-Leroy est chercheuse au Centre de Recherche et d'Études Histoire et Sociétés ( CREHS - Université d'Artois ). 

Publicité

Ce n'est pas tout à fait inédit. C'est en fait lié a la variation du cours de l'électricité en fonction des usages. Plus on utilise de l'électricité, moins elle est disponible, plus elle augmente. C'est ce qui se passe actuellement. C'est en particulier vrai en hiver, lorsque l'on consomme de l'électricité pour se chauffer.

La production de zinc est extrêmement gourmande en électricité. Elle équivaut à la consommation de la ville de Lens soit près de 400 000 habitants, si on compte toute l’agglomération. 

L'usine d'Auby, ce sont des nouveaux procédés par électrolyse qui ont l'avantage de moins polluer. Et c'est une usine qui a pollué pendant très longtemps, jusqu'à la fin des années 1970, à cause d'un procédé qui lui était thermique : on chauffait avec le charbon. Puis avec l'électrolyse, la pollution a diminué et la rentabilité s'est améliorée. Le procédé est plus efficace mais il consomme énormément d'électricité. 

Spécialisation territoriale

Utilisé dans les toitures et dans la métallurgie, le zinc connaît un essor dans les années 1830 avec l'haussmannisation parisienne. Son usage est toujours important dans ce domaine, car le zinc résiste bien à la corrosion atmosphérique. 

L’usine d’Auby produit aussi de l’indium et du germanium. Des métaux plus rares utilisés dans la fabrication d’écrans plats, de fibres optiques et de lentilles infrarouges. Cette spécialisation industrielle a ancré dans ce territoire un tissu social ouvrier pauvre, qui perdure depuis des années. Selon les chiffres de l'Insee, le salaire moyens des hommes de plus de 50 ans est de 15 euros de l'heure ; les femmes entre 18 et 25 ans touchent un salaire moyen de moins de 10 euros de l'heure.

C'est une zone qui cumule, si je puis dire, tous les handicaps, en tout cas beaucoup de critères négatifs. C'est une population où le taux de pauvreté est très important. Les salaires sont relativement bas. Tout dépend des entreprises. Si l'on prend les entreprises électrométallurgique d'une façon générale, on est plutôt sur une population d'ouvriers qualifiés. Donc, ce ne sont pas les moins bien payés de l'économie régionale. 

Durant les deux mois d’arrêt de production, les employés ne seront cependant pas mis au chômage technique mais affecté à la maintenance de l’usine. 

Références

L'équipe

Lucas Lazo
Collaboration
Marguerite Catton
Production déléguée
Max Schneider
Collaboration