Contestations violentes en Guadeloupe en décembre 2021
Contestations violentes en Guadeloupe en décembre 2021
Contestations violentes en Guadeloupe en décembre 2021 ©AFP - Christophe ARCHAMBAULT
Contestations violentes en Guadeloupe en décembre 2021 ©AFP - Christophe ARCHAMBAULT
Contestations violentes en Guadeloupe en décembre 2021 ©AFP - Christophe ARCHAMBAULT
Publicité
Résumé

Direction les Antilles, pour comprendre comment Marine Le Pen a réussi à réaliser ses meilleurs scores alors même que Jean-Luc Mélenchon y était plébiscité au premier tour, et qu’Emmanuel Macron y était arrivé largement en tête en 2017.

En savoir plus

Avec Pierre Odin, politiste, enseignant à l’université des Antilles (Guadeloupe), il a publié Pwofitasyon, Luttes syndicales et anticolonialisme en Guadeloupe et en Martinique, aux éditions La Découverte, 2021

En 2017, 75% des guadeloupéens votent pour Macron. Aux dernières élections régionales, c'est le parti En Marche qui rafle les premières places. "C'était un vote qui marquait le changement dans la continuité" explique Pierre Odin, "manifestement, la tendance s'est inversée puisque là, c'est le rassemblement national qui s'est imposé sur les territoires."

Publicité

Rupture avec Macron

Mobilisations sociales

Les dernières années du quinquennat d'Emmanuel Macron ont été compliquées en Guadeloupe en raison de la gestion de la crise sanitaire. Elle a été perçue "comme particulièrement punitive et répressive autour du passe vaccinal et de la suspension des soignants".

A cela s'ajoute une dégradation de la qualité de vie en Guadeloupe. 34% des habitants de l'île vivent sous le seuil de pauvreté. Dans ces foyers modestes, les prestations sociales représentent 60% des revenus. Le taux de chômage des plus jeunes atteint les 50%. Ainsi, "la réduction des aides et la réforme de l'assurance chômage expliquent le sentiment de vivre beaucoup moins bien qu'avant et qu'il y a un recul du pouvoir d'achat."

À lire aussi : Guadeloupe : du passe vaccinal au conflit social

Fragilités structurelles

A cause de la vetusté des canalisations, un foyer sur trois en Guadeloupe a très régulièrement des problèmes d'approvisionnement en eau potable. 61% de l'eau destinée aux habitants est gâchée à cause des fuites. De plus, trois quarts des stations d'épurations de l'île sont non-conformes. Le politiste ajoute : "et on parle de l'eau, mais on pourrait parler de tout un tas de problématiques"

Chlordécone

Cet insecticide utilisé dans la culture des bananes est à la source de nombre de cancers de la prostate en Guadeloupe et en Martinique. Depuis plus de dix ans, les élus locaux sensibilisent les habitants aux risques de la chlordécone. Mais en 2018, un an après avoir été victorieusement élu, Emmanuel Macron se rétracte sur la question de l'insecticide en disant "qu'il n'est pas complètement sûr que les maladies soient liées à l'exposition de la chlordécone alors qu'on savait déjà que c'était le cas depuis plusieurs années."

Cette déclaration a été "perçue comme une fuite de la part d'un responsable politique de premier plan, qui se dédit complètement sur une question importante et extrêmement anxiogène pour les populations au quotidien."

Le bon score de Marine Le Pen

Ancrage guadeloupéen du RN

Le Rassemblement national n'est pas vraiment ancré politiquement dans les Antilles et n'a que peu d'élus. Mais certains d'entre eux sont des figures de l'extrême-droite comme Maxette Pirkabas, eurodéputée nationaliste, ou Rody Tollasy, responsable local du RN : "on a à la fois un ancrage politique assez faible peu de militants, peu de cadres, très peu d'élus, mais en même temps une certaine visibilité. Et puis un vote qui s'installe dans les communautés rurales, chez les agriculteurs, chez les indépendants, chez les pêcheurs et chez les forces de l'ordre" ajoute Pierre Odin.

Mais avec plus de 50% d'abstention, le score que Marine Le Pen atteint au second tour n'est "pas un score d'adhésion". Comme l'explique Pierre Odin, "Marine Le Pen a fait des scores qui sont inférieurs à celui qu'elle a fait dans l'Hexagone au premier tour. Mais au deuxième tour, on s'est rendu compte que la version pour Emmanuel Macron avait largement dépassé la version traditionnelle des Guadeloupéens envers le rassemblement national"

Tensions internes

Le taux d'homicide en Guadeloupe est un des plus élevés des départements français. A cela, s'ajoutent des tensions internes liées à la xénophobie envers l'immigration des habitants des autres pays des caraïbes : "même si dans la majorité les Guadeloupéens sont suspicieux vis-à-vis du Rassemblement National, il y a quand même une certaine résonance par rapport aux problématiques locales et à des aspirations, assez paradoxales, à un retour étatique fort. Dans ce contexte, Marine Le Pen est perçue comme plus sociale et moins liberticide que Emmanuel Macron" finit Pierre Odin.